Mondial de handball: «Que l'on se fiche de moi, ça m'énerve», Valentin Porte très agacé par les arbitres de France-Norvège

HANDBALL L'arrière des Bleus a failli péter les plombs après avoir été exclu deux fois pour deux minutes...

N.C.

— 

Valentin Porte lors du match France-Norvège au Mondial de handball, le 15 janvier 2017.
Valentin Porte lors du match France-Norvège au Mondial de handball, le 15 janvier 2017. — LOIC VENANCE / AFP

Ce France-Norvège (31-28) était, franchement, un super match de hand à regarder. Niveau intensité, on est clairement monté d’un cran après la mise en bouche contre le Brésil et le Japon. Les Norvégiens ont proposé un gros combat aux Experts, qui ne se sont évidemment pas laissés faire. Cela a donné des situations tendues, que les arbitres iraniens de la rencontre ont parfois eues du mal à gérer.

>> A lire aussi: Ça a bien bastonné contre la Norvège, et les Bleus ont adoré

Exclu deux minutes à deux reprises, Valentin Porte a un peu pété les plombs après la seconde sanction. L’arrière droit de l’équipe de France était un peu calmé lorsqu’il est passé en zone mixte… du moins en apparence. « Faire des erreurs, c’est une chose. J’en fais moi aussi. Mais qu’on se fiche de moi, ça m’énerve, balance-t-il. Je discute gentiment avec l’arbitre en lui disant "regarde le pivot, il fait faute aussi, je ne suis pas 100 % en tort." Il me répond "oui, oui", et derrière il me sort. Ça m’a irrité, oui. »

Pour lui, les deux sifflets n’étaient pas au niveau d’un tel match, tout simplement. « Avec tout le respect que je leur dois, mettre deux arbitres comme ceux-là qui ne sont pas expérimentés pour un France-Norvège, quand on connaît le niveau des deux équipes… Ça a gâché un peu la fête. Que ce soit d’un côté ou de l’autre, ils ont fait de grosses erreurs. C’est dommage… »

« A chaque fois que je m’énerve, il est toujours là pour m’attraper »

Heureusement, sur le terrain, tonton Cédric (Sorhaindo) était là pour l’empêcher de leur dire qu’il pensait. Dès qu’il a vu son coéquipier se diriger vers les arbitres, le pivot des Bleus s’est interposé. « A chaque fois que je m’énerve, il est toujours là pour m’attraper. Je ne peux pas vraiment m’énerver, parce qu’il est costaud, se marre Porte. Plus sérieusement, Cédric joue le rôle de grand frère, pour me calmer et ne pas que l’on me catalogue comme un joueur impulsif et nerveux. » C’est quand même un peu râpé pour cette fois.