Mondial de hand: Ça a bien bastonné contre la Norvège, et les Bleus ont adoré

HANDBALL Les Experts ont remporté leur premier gros match de la compétition, dimanche... 

Nicolas Camus

— 

Fabregas lors du match entre la France et la Norvège au Mondial de handball, le 15 janvier 2017.
Fabregas lors du match entre la France et la Norvège au Mondial de handball, le 15 janvier 2017. — Norbert Barczyk/PressFocu/SIPA

Des petits coups, des gros duels, des cartons. Voilà, là, on y est dans ce Mondial. Très attendue après les tours de chauffe contre le Brésil et le Japon, l’équipe de France a maîtrisé la Norvège, un concurrent nettement plus sérieux, ce dimanche (victoire 31-28). Cette rencontre face à une équipe qui l'avait battue lors de leurs deux dernières confrontations a tenu ses promesses. Les Norvégiens n’ont pas hésité à rentrer dans le lard des Français… qui n’attendaient que ça, en fait. « C’est ce qui nous fallait pour entrer définitivement dans cette compétition, assure Guigou. C’était un gros match contre une super équipe, qui n’a jamais rien lâché. On est très satisfait. »

>> Le match à revivre en direct par ici

Le combat a en effet été très intense, dans une ambiance survoltée - on dirait bien une ambiance XXL, mais il paraît c’est refusé par la police des jeux de mots pourris. Pas forcément au niveau du score, puisque les Experts ont mené dès les premières minutes et ne se sont jamais fait passer devant. Mais ils ont dû batailler pour ça. Il a plu des cartons jaunes tout le match, deux rouges ont été sortis (un de chaque côté) et niveau suspensions pour deux minutes, la Norvège l’a emporté de peu, sept à cinq. Un total très élevé, qui doit aussi beaucoup à l'inexpérience des deux arbitres iraniens, légèrement tatillons sur les bords. 

« C’était le match tendu auquel on s’attendait, dit Porte. Avec la Norvège, c’est une grande histoire d’amour depuis quelque temps… Le dernier match où ils nous avaient battus, je me souviens bien de leur célébration, et du grand là qui dansait dans les vestiaires. Ça nous était resté en travers de la gorge. » Alors les Bleus sont nettement montés d’un cran, pour se montrer (presque) irréprochables en défense (« j’ai été assez impressionné par l’intensité défensive qu’on a mise », souffle Kentin Mahé) comme en attaque (« notre meilleur match du tournoi dans ce secteur », juge Karabatic).

Au coup de sifflet final, on a même vu une petite prise de bec générale entre les joueurs des deux camps. Il y a eu quelques regards très noirs, Tout est vite rentré dans l’ordre, mais ça illustre bien ce qu’a été ce match. « On est entré "officiellement" dans la compétition », en sourit Valentin Porte. On a déjà hâte d’être aux 8e de finale, vers lesquels les Bleus ont fait un immense pas. Allez, une dernière victoire contre la Russie, mardi, et la première place sera pliée avant même le dernier match face aux Polonais.