Chelsea : La naturalisation portugaise d'Abramovitch dans le viseur de la justice

FOOTBALL Le futur ex-patron de Chelsea, Roman Abramovitch, aurait bénéficié d’une fausse attestation sur son ascendance juive afin d’obtenir la nationalité portugaise en 2021

20 Minutes avec AFP
— 
Roman Abramovitch lors d'une visite en Israël en 2006.
Roman Abramovitch lors d'une visite en Israël en 2006. — OREL COHEN / AFP

Déjà à la peine en Angleterre​ en marge de l’invasion russe en Ukraine, Roman Abramovitch est également dans le viseur de la justice portugaise. Celle-ci a en effet mené plusieurs perquisitions et arrêté le rabbin de la communauté de Porto dans le cadre d’une enquête sur la naturalisation de descendants des juifs dont a bénéficié le milliardaire russe. L’enquête porte sur des faits « susceptibles de constituer des délits de trafic d’influence, de corruption active, de falsification de documents, de blanchiment d’argent ou encore de fraude fiscale », précise un communiqué du ministère public.

Daniel Litvak, grand rabbin de Porto, a été arrêté jeudi à Porto, alors qu’il s’apprêtait à rentrer en Israël, selon les médias locaux. Il doit être présenté à un juge, ce samedi, qui décidera des mesures de contrôle judiciaire qui lui seront appliquées. La justice avait ouvert en janvier dernier une enquête sur la procédure de naturalisation de Roman Abramovitch, propriétaire du club de football londonien de Chelsea, qui a obtenu la nationalité portugaise en avril 2021.

Abramovitch aurait bénéficié d’une fausse attestation

Le milliardaire russe avait bénéficié d’une loi permettant à tous les descendants de juifs séfarades, persécutés et expulsés à la fin du XVe siècle, d'obtenir la nationalité portugaise. Dans le cadre de cette loi, les communautés israélites de Porto ou de Lisbonne devaient fournir un certificat attestant l’ascendance juive.

Or, des responsables de ces communautés sont soupçonnés d’avoir délivré de fausses attestations sur l’ascendance juive de plusieurs candidats, indique dans un communiqué la communauté israélite de Porto qui réfute ces accusations. Elle précise également que cette enquête vise d’autres procédures de naturalisation comme celle de Patrick Drahi, propriétaire et fondateur du groupe de télécoms et médias Altice.

Depuis l’entrée en vigueur de cette loi de réparation, il y a sept ans, plus de 137.000 demandes de nationalité ont été déposées. Le Portugal a accordé la citoyenneté à plus de 56.000 descendants de juifs séfarades, selon les chiffres rappelés par la communauté israélite de Porto.