OL-PSG : Idéalement lancé par Lucas Paqueta, Lyon n’a pas tenu la distance pour piéger un Paris prenable

FOOTBALL En version équipe de contres, l'OL de Peter Bosz a bien failli infliger, ce dimanche, au PSG, sa deuxième défaite de la saison en Ligue 1 (1-1)

Jérémy Laugier
— 
Ligue 1: Le débrief d'OL-PSG (1-1) — 20 Minutes
  • En pleine spirale de la lose, l’OL est parvenu à accrocher un point face au PSG ce dimanche (1-1).
  • Les Lyonnais, qui ont vite ouvert le score par Lucas Paqueta (1-0, 8e), auraient même pu viser mieux en s’appuyant sur une défense enfin solide et des contres de qualité.
  • Le PSG, qui a beaucoup poussé en deuxième période, doit son salut à une égalisation de son étonnant joker du soir, Thilo Kehrer (1-1, 76e).

Au Parc OL,

Qu’y a-t-il eu de plus improbable ce dimanche soir ? Une prestation enfin cohérente d’un OL 13e de  Ligue 1 tout proche d’infliger au  PSG sa deuxième défaite de la saison en championnat (1-1) ? Ou le premier but depuis deux ans du si décrié Thilo Kehrer, sept minutes après son entrée en jeu ? Vous l’aurez compris, même dans une ambiance de quasi-huis clos, ce choc s’est révélé riche en surprises.

Le sursaut d’un petit PSG

Invaincu depuis trois mois en Ligue 1, Paris l’a échappé belle au Parc OL. Comme d’habitude, qui plus est en l’absence combinée de Leo Messi et Neymar, la lumière n’a longtemps semblé ne pouvoir venir que de Kylian Mbappé. Toujours aussi remuant et tranchant, celui-ci a bien failli poursuivre sa folle série (sept buts sur ses trois précédents matchs), mais il a buté à deux reprises sur le poteau gauche d’Anthony Lopes, après une belle frappe enroulée (1-0, 42e) et une merveille de coup franc excentré (1-1, 83e).

Avec un milieu de terrain inconsistant au possible (Paredes-Herrera-Verratti-Wijnaldum), et un Colin Dagba qui s’est clairement noyé pour sa deuxième titularisation de la saison en L1, ce Paris-là ne peut gère effrayer l’Europe du foot. Mais on sait que rien ne compte vraiment pour cette équipe avant le 15 février et ce choc aller XXL en Ligue des champions contre le Real Madrid. Et si même Thilo Kehrer peut se muer en sauveur (1-1, 76e), tout peut décidément s’envisager.



L’OL sait se muer en équipe de contre

35 % de possession de balle (31,6 % au final) et une demi-douzaine de contre-attaques bien senties…. Les 5.000 spectateurs du Parc OL ne s’attendaient pas à pareil programme en première période dimanche. Mais ils n’imaginaient pas non plus voir leur équipe mener 1-0 avec un visage si solide autour de la triplette de défenseurs centraux Lukeba-Boateng-Da Silva. A l’image d’une épatante intervention du défenseur lyonnais de 19 ans pour éviter un but tout fait de Mauro Icardi (55e), la bande à Peter Bosz a montré qu’avec pareille combativité et qualité de contres, elle n’était pas à sa place en championnat.

Un tandem Guimaraes-Paqueta plus « joga bonito » que jamais

Le recrutement de ses compatriotes Bruno Guimaraes et de Lucas Paqueta est clairement la masterpiece de Juninho au moment de dresser son bilan de directeur sportif durant deux ans et demi. Quelle illustration plus symbolique juste après le départ de « Juni » que cette première période durant laquelle ils n’ont cessé de régaler par leur justesse technique et leur vista.

Le choc OL-PSG a notamment mis aux prises Lucas Paqueta et Kylian Mbappé. Jeff PACHOUD
Le choc OL-PSG a notamment mis aux prises Lucas Paqueta et Kylian Mbappé. Jeff PACHOUD - AFP

La connexion entre les deux amis a été flagrante à la 8e minute de jeu. L’ouverture lumineuse de Bruno G. (de son mauvais pied) a été parfaitement exploitée par Lucas Paqueta, auteur d’une reprise hors de portée de Keylor Navas (1-0). Mais l’élan retrouvé avec ses Brésiliens mais aussi un Houssem Aouar inspiré n’empêche pas l’OL de conserver ses tenaces démons du dernier quart d’heure de jeu.