France - Pays de Galles : Les Bleus déroulent dans un match (un peu) faussé par une décision arbitrale

FOOTBALL L’équipe de France s’est imposée (3-0) face au Pays de Galles, mercredi soir à l’Allianz Riviera de Nice, pour son premier match de préparation à l’Euro

Aymeric Le Gall
— 
Griezmann et Mbappé ont chacun inscrit un but face aux Gallois mercredi.
Griezmann et Mbappé ont chacun inscrit un but face aux Gallois mercredi. — FRANCK FIFE / AFP

A Nice,

En supériorité numérique dès la 25e minute de jeu, l’équipe de France s’est imposée face au Pays de Galles pour son premier match de préparation, grâce à des buts de Mbappé (34e), Griezmann (48e) et Dembélé (79e). Le trio Benzema-Griezmann-Mbappé a montré mercredi que cette entente pouvait nous faire des guilis dans le ventre cet été à l’Euro.

Match plié à la 25e

Petit quiz chez vous à la maison : comment ruiner un match de préparation, par définition très important pour les deux équipes avant le début de l’Euro, en l’espace d’une minute ? L’arbitre portugais M. Godinho nous a donné la réponse : en excluant bêtement et méchamment le Gallois Neco Williams, certes coupable d’une main dans la surface sur un tir à bout portant de Benzema, sans même faire preuve d’un minium de psychologie. On met notre main à couper que Deschamps plussoie cette analyse. A l’arrivée, difficile avec une équipe galloise recroquevillée sur ses buts d’en dire beaucoup plus sur l’animation offensive des Bleus.

Le cadeau empoisonné

Le peno, venons-en. Un murmure de plaisir a parcouru la tribune de presse, seule garnie mercredi soir à Nice, en voyant Griezmann lancer le ballon à Benzema en mode « cadeau de bienvenue, papa ». Manque de bol, la belle histoire s’est arrêtée là puisque le revenant madrilène a vu son penalty repoussé par la main ferme de Ward (25e). Pour ce que ça vaut, c’était le troisième peno de rang que KB9 ratait en Bleu. Ce qui n’a pas empêché le n°19, auteur d’une merveille d’enchaînement contrôle en reculant-scud du droit sur le poteau en fin de match, de se montrer très en vue tout au long de la soirée.

Le trio se porte bien, merci pour lui

La suite, comme on pouvait s’y attendre, se résuma à une sorte d’attaque-défense sans saveur et, plus problématique, sans grands enseignements pour les Bleus. On notera tout de même que le trio de l’espace Griezmann (auteur d’un enroulé du gauche pleine lucarne au retour des vestiaires)-Benzema-Mbappé n’a pas eu besoin de beaucoup d’entraînements en commun pour se trouver les yeux mi-clos. Pouce levé également pour Coco Tolisso, auteur d’un match très intéressant au poste de sentinelle, de quoi lancer officiellement le match avec Rabiot, plutôt timide mercredi, pour la troisième place de titu au milieu à l’Euro.

Un doute sur les latéraux ?

Faut-il voir dans le changement précoce des deux latéraux Pavard et Hernandez, très discrets en première période, comme la marque d’un début de réflexion dans l’esprit de Deschamps ? Il est évidemment trop tôt pour y répondre, d’autant que ce premier match devait permettre au sélectionneur de faire une large revue d’effectif. Il n’empêche, leurs remplaçants (Digne à gauche et Koundé à droite) ont montré de très belles choses au retour des vestiaires, se montrant beaucoup plus disponibles en phase offensive que les deux compères munichois. Mais encore une fois, les Gallois étaient à dix depuis un petit moment déjà…