RC Strasbourg – FC Lorient : Après un « parcours d’européen depuis la trêve », les Lorientais arrachent leur maintien

LIGUE 1 Les Bretons ont décroché un ultime match nul dimanche soir à Strasbourg

Thibaut Gagnepain
— 
Chalobah exulte : il vient d'égaliser pour Lorient à Strasbourg. c'est le but du maintien !
Chalobah exulte : il vient d'égaliser pour Lorient à Strasbourg. c'est le but du maintien ! — AFP
  • Les Merlus ont tremblé mais ont finalement décroché le match nul dimanche soir à Strasbourg (1-1).
  • Ce résultat leur permet de rester en Ligue 1 la saison prochaine, eux qui étaient revenus dans l’élite en août dernier.
  • Tous ont savouré l’exploit, eux qui étaient très mal barrés encore en janvier, avec 12 petits points engrangés en 19 journées.

Au stade de la Meinau,

Des cris. Des sauts. Des étreintes. De la joie à l’état pur. Le coup de sifflet final à peine donné dimanche soir à Strasbourg (1-1), les Lorientais ont fêté ça sans retenue sur la pelouse de la Meinau. Ils pouvaient savourer : leur maintien en Ligue 1 était enfin acquis. Comme une délivrance après des mois de combat.

« Quand j’ai vu les joueurs entrer sur le terrain, je leur ai dit, "vous êtes sûrs que c’est bon ?" Et on m’a dit que Nantes avait perdu alors j’ai compris », raconte Fabien Lemoine, ému comme un gamin malgré ses 34 ans. « Pardon, j’ai bu quelques bières », rigole-t-il encore après avoir gentiment bafouillé une réponse.

Peu importe. L’heure n’est pas aux détails pour ces Merlus revenus de nulle part. Précisément d’une première partie de saison catastrophique, digne d’un futur pensionnaire de Ligue 2. « Le 27 janvier, on avait douze points, Avec ce total à la fin des matchs aller, normalement on est condamné à la relégation », rappelle l’entraîneur breton Christophe Pélissier. « Les joueurs ont cru en notre travail et nos méthodes, c’est une belle victoire. »

L’électrochoc, ce moment où tout a basculé, le technicien le fixe à ce fameux dernier mercredi du premier mois de l’année 2021. « A la 96e minute du match contre Dijon. Ce dernier but (de Gravillon pour le 3-2) nous a permis d’espérer et trois jours plus tard, on a battu le PSG. Ces trois jours-là ont été un moment fondateur dans notre saison. » Puis les Lorientais n’ont plus arrêté d’engranger les points. Trente au total sur leurs 19 dernières sorties.

« Autant jouer et kiffer la Ligue 1 »

« On a eu un parcours d’européen depuis la trêve. C’est un exploit », reprend Lemoine, toujours avec un sourire jusqu’aux oreilles. « C’était une métamorphose d’équipe mais avec les mêmes joueurs ! Chacun a pris conscience de la situation et élevé son niveau. A un moment on s’est dit "Perdu pour perdu, autant jouer et kiffer la Ligue 1". Aillons les couilles de jouer au ballon ! »

En Alsace, les Merlus sont encore passés par tous ses sentiments. Le match a furieusement ressemblé à leur saison : compliqué en première partie, courageux en deuxième. A la pause, ils se dirigeaient vers les barrages après l’ouverture du score de Diallo (18e) et le résultat nul de Nantes face à Montpellier. Puis l’égalisation de Chalobah, sur un centre à ras de terre de Le Fée (1-1, 55e), a tout changé. La peur du vide avait changé de camp et le FCL pouvait mieux gérer.

Une grosse demi-heure d’ennui plus tard, tous les Bretons se serraient dans les bras et même le président Loïc Féry s’invitait devant la presse. « Je suis venu partager le bonheur […] C’est très fort en émotion. On va fêter ça tous encore demain ensemble et on libérera les joueurs ensuite. » Pour les vacances avant la préparation d’une nouvelle saison de… Ligue 1.