Allemagne : « J'ai une dizaine de maillots de Ribéry », s'amuse Jonathan Schmid, l'autre Français le plus capé de Bundesliga

INTERVIEW Le natif de Strasbourg, qui va dépasser ce week-end « Kaiser Franck » au nombre de matchs joués dans le championnat allemand, revient sur son parcours en Bundesliga

Propos recueillis par Thibaut Gagnepain
— 
Jonathan Schmid sous le maillot de Fribourg, une ville où il se sent bien.
Jonathan Schmid sous le maillot de Fribourg, une ville où il se sent bien. — Action Press/Shutterstock/SIPA
  • L'Alsacien Jonathan Schmid a rejoint samedi dernier Franck Ribéry en tête du classement des Français ayant disputé le plus de matchs de Bundesliga (273).
  • Le joueur de Fribourg devrait même devenir l'unique recordman ce week-end, contre Mayence.
  • Dix ans de carrière en Bundesliga, ça laisse forcément quelques souvenirs... « J’ai eu la chance d’affronter RIbéry et Alaba en même temps sur ce côté gauche du Bayern. C’était difficile à défendre ! Douglas Costa aussi, il est énorme. Et Lewandowski, c’est affreux de le croiser mais on n’a pas de pression quand on joue contre lui », raconte Jonathan Schmid.

A côté de lui, Bixente Lizarazu passe presque pour un joueur de passage… Jonathan Schmid a rejoint samedi dernier Franck Ribéry en tête du classement des Français ayant disputé le plus de matchs de Bundesliga (273). Bien loin devant Matthieu Delpierre (185), Willy Sagnol (184) et donc Liza (183).

Une vraie satisfaction pour le Strasbourgeois de naissance, recalé du Racing à 16 ans où il était jugé « fainéant ». Avant de franchir le Rhin pour la sixième division à Offenbourg puis d’être repéré par Fribourg. Le défenseur latéral y dispute actuellement sa dixième saison dans l’élite après des passages à Hoffenheim et Augsbourg, où il a toujours fait partie des cadres.

En Allemagne, Jonathan Schmid est une figure connue du championnat. A titre de comparaison, Marco Verratti compte à peu près le même nombre de rencontres que lui, en Ligue 1.

Si on vous dit que vous êtes devenu l’égal de Franck Ribéry en Bundesliga, qu’est-ce que ça vous inspire ?

Au niveau de la carrière, pas vraiment ! On a juste le même nombre de matchs joués en championnat et j’en suis vraiment fier. Il me reste encore quelques années devant moi, j’espère aller encore plus haut.

Pensiez-vous un jour arriver à ce total ?

Non, surtout vu mon parcours… Je me sens bien en Bundesliga. Ça fait dix ans que j’y suis et je connais ce championnat pratiquement à la perfection.

Est-ce que ça sonne comme une revanche par rapport à la France et le RC Strasbourg qui ne vous avait pas gardé ?

Pas du tout, je suis la Ligue 1 tous les week-ends même si je n’ai pas eu la chance d’y évoluer. Je ne suis pas non plus rancunier vis-à-vis du Racing. On m’avait dit que j’étais fainéant quand j’étais jeune car je ne courais pas trop, mais c’est oublié tout ça.

Longtemps regardée de loin, la Bundesliga a aujourd’hui la cote. Comment l’expliquez-vous ?

Quand je suis arrivé, il y avait très peu de Français, beaucoup moins de stars… Je l’ai vu évoluer en dix ans. Il y a de plus en plus de bons joueurs qui viennent ici. On a de grosses équipes, de grands joueurs…

Dans ces 273 matchs, si vous ne deviez en retenir qu’un…

Le premier, contre Nuremberg le 22 janvier 2011. Pour moi, c’était un rêve qui devenait réalité de jouer avec les pros après m’être entraîné avec eux depuis l’âge de 19 ans. Mais je ne voulais pas m’arrêter !

Et votre plus beau souvenir alors ?

Quand on décroché la qualification en Ligue Europa avec Fribourg (en 2013). On était à 1 ou 2 points de la Ligue des Champions [4 en réalité et il avait inscrit 11 buts cette saison-là].

Quel joueur vous a le plus marqué pendant ces dix saisons ?

Il y a eu tellement de grands… J’ai eu la chance d’affronter Ribéry et Alaba en même temps sur ce côté gauche du Bayern. C’était difficile à défendre ! Douglas Costa aussi, il est énorme. Et Lewandowski, c’est affreux de le croiser, mais on n’a pas de pression quand on joue contre lui.

L'image remonte à 2012. Jonathan Schmid n'en était qu'à sa deuxième saison de Bundesliga. Frankc Ribéry, lui, était déjà double champion d'Allemagne.
L'image remonte à 2012. Jonathan Schmid n'en était qu'à sa deuxième saison de Bundesliga. Frankc Ribéry, lui, était déjà double champion d'Allemagne. - Michael Probst/AP/SIPA

Justement, Franck Ribéry vous a envoyé ses félicitations le week-end dernier. « 273 matchs de Bundesliga, c’est dingue. Seuls les meilleurs parviennent à faire cela », vous a-t-il lancé. Ça fait plaisir, non ?

C’est très flatteur de recevoir un message comme ça, je suis très fier. On n’avait pas plus de relations que ça, sauf quand on jouait l’un contre l’autre. Je lui demandais à chaque fois son maillot et je dois en avoir une dizaine à la maison ! Faut les garder, le Bayern a toujours eu de belles tenues. Je les montre aux enfants, ils voient contre qui j’ai joué.

Comment voyez-vous votre avenir ?

Il me reste deux ans de contrat et tant que je pourrai, je jouerai. Après, on verra. Soit je prolongerai, soit je partirai. Pourquoi pas en France, ça pourrait être bien d’y jouer.

Pourriez-vous vous adapter à la Ligue 1 ?

Je ne sais pas. Les Français qui arrivent trouvent souvent que c’est plus difficile ici. Ça demande davantage d’impact physique, ça court partout et c’est moins fermé. Mais je pense que tous les joueurs peuvent se faire à n’importe quel championnat.

Avant cela, il y aura donc ce 274e match en Bundesliga, normalement ce week-end à Mayence. Vous allez fêter ça ?

Avant le match de Leipzig le week-end dernier, je suis allé chez le directeur sportif pour avoir une prime… mais rien. Non je rigole, je n’ai pas fait ça ! J’ai eu pas mal de félicitations la semaine dernière, peut-être que ce sera encore mieux samedi !