ASSE : Robert Beric dézingue Claude Puel, qui se comporterait « comme un dictateur » à Saint-Etienne

FOOTBALL L’ancien attaquant des Verts garde une sacrée animosité envers Claude Puel, qu’il juge responsable de son départ en janvier 2020

Jérémy Laugier

— 

Robert Beric, ici en mars 2020 avec Chicago Fire en MLS.
Robert Beric, ici en mars 2020 avec Chicago Fire en MLS. — Abbie Parr / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
  • Dans une interview à France Football, l’avant-centre slovène juge Claude Puel responsable de son départ de Saint-Etienne.
  • « Claude Puel [m’a dit] qu’il n’aimait pas le genre d’attaquant que j’étais, et qu’il ne me voyait pas dans son équipe. (…) Il voulait un attaquant rapide, qui puisse dribbler », explique-t-il.
  • « Je suis surpris que Claude Puel ait toujours autant de pouvoir à Saint-Etienne malgré les résultats (…) Il arrivait au début des séances comme un dictateur en nous disant de faire ceci et cela, sans jamais sourire », regrette encore l’attaquant, qui depuis évolue en MLS.

En quatre ans et demi à Saint-Etienne, Robert Beric a systématiquement délivré devant la presse des modèles de discours mesurés, et surtout ennuyeux. Mais 14 mois après son départ au Chicago Fire (MLS), l’attaquant slovène est méconnaissable dans une interview publiée ce mardi par France Football. Dans son viseur se trouve un seul homme, Claude Puel. Robert Beric explique clairement qu’il ne comptait pas quitter l'ASSE dès le mercato hivernal 2020, alors qu’il était sous contrat jusqu’en 2022. Mais le limogeage de Ghislain Printant a tout changé pour lui.

« Claude Puel est arrivé en octobre 2019 avec un autre projet, dont beaucoup de joueurs, dont moi, ne faisaient pas partie, confie-t-il. Lorsque je suis allé lui demander des explications, il m’a répondu qu’il n’aimait pas le genre d’attaquant que j’étais, et qu’il ne me voyait pas dans son équipe. Il m’a dit qu’il voulait un attaquant rapide, qui puisse dribbler, et qu’il souhaitait construire l’avenir autour de Charles Abi. »

« Puel donnait l’impression d’être sans émotion »

On imagine le coup très dur pour l’expérimenté Slovène (26 buts en 81 matchs de Ligue 1), lorsqu’on sait que Charles Abi (20 ans) ne compte désormais que 3 réalisations en 32 rencontres de championnat, et qu’il n’a guère montré un profil plus mobile que lui. « Un manque de respect » ayant poussé le héros du derby (1-0 le 6 octobre 2019) à partir « triste », puis à bien vider son sac comme il faut ce mardi.

« Je suis surpris que Claude Puel ait toujours autant de pouvoir à Saint-Etienne malgré les résultats, enchaîne l’Inspecteur Beric. L’an dernier, il a de la chance que la saison s’arrête [Sainté était alors 17e]. Aujourd’hui, il est dans la seconde partie du tableau, il perd 0-5 dans le derby mais il n’est même pas menacé. De ce que j’ai expérimenté à l’entraînement, Puel donnait l’impression d’être sans émotion. Il arrivait au début des séances comme un dictateur en nous disant de faire ceci et cela, sans jamais sourire. » Comment dit-on « règlement de comptes » en slovène ?