Bordeaux-Metz : Malgré les remous et critiques, Ben Arfa « voudrait » rester aux Girondins

FOOTBALL En difficulté depuis son retour de blessure, l’attaquant est comme souvent dans l’œil du cyclone aujourd’hui

Clément Carpentier

— 

Hatem Ben Arfa, l'attaquant des Girondins.
Hatem Ben Arfa, l'attaquant des Girondins. — Sylvain THOMAS / AFP
  • Les Girondins accueillent le FC Metz ce samedi (13 heures) avec pour objectif de mettre fin à une série de cinq matchs sans victoire.
  • Très bon en 2020, Hatem Ben Arfa symbolise les difficultés bordelaises du moment et cristallise comme souvent les critiques. Même quand il n’y est pas pour grand-chose.
  • Malgré les remous actuels, le joueur donne aujourd’hui toujours sa priorité aux Marine et Blanc en vue de la saison prochaine.

C’est une petite musique bien connue. Elle n’échappe à aucun grand talent. Et Kylian Mbappé a encore pu le vérifier il y a une semaine. En un match, il est redevenu l’un des meilleurs joueurs du monde alors que seulement quelques jours plus tôt, certains osaient se demander s’il avait sa place au PSG. Cette duplicité, Hatem Ben Arfa la connaît par cœur. Depuis tout petit, il fait avec. Un jour, il est porté aux nues. Le lendemain, il est roulé dans la boue. C’est un peu l’histoire de sa carrière.

Du coup, les vives critiques qui accompagnent ces dernières prestations aux Girondins « lui passent complètement au-dessus de la tête et moi, ça me fait bien rire », lance l’un de ses proches. Pour ce dernier, on assiste simplement à « une nouvelle campagne de démolition » comme le joueur en a déjà connu.  Très bon lors de la première partie de saison en 2020 (deux buts et quatre passes décisives en 11 matchs), l’attaquant français est en effet à côté de ses pompes depuis son retour de blessure fin janvier. Au point d’être pointé comme l’un des responsables de la série noire que vivent les Marine et Blanc (quatre défaites et un nul). Alors existe-t-il vraiment un problème Ben Arfa à Bordeaux ?

Un coup de mou prévisible

Si l’ancien international français se retrouve dans l’œil du cyclone aujourd’hui, c’est notamment en raison d’un paradoxe. En effet, les Girondins n’y arrivent plus depuis son retour sur les terrains. Plus globalement, un chiffre illustre cela sur toute la saison : Bordeaux avec Ben Arfa, c’est 1 point de moyenne par match. Sans, c’est 1,7 point par match. Sauf qu’il faut pondérer cette statistique car les Marine et Blanc n’ont pas affronté de « gros » (à part Lyon) sans lui et il était bien présent lors de la dernière victoire contre Angers, le 24 janvier, avant la dégringolade.

Pour sa défense, ce passage à vide était prévisible. Sans présaison et en ayant très peu joué ces deux dernières années, tout le monde s’attendait au club à un coup de mou comme Pablo a pu le connaître après sa longue absence pour cause de blessure. Une nouvelle fois, les chiffres démontrent cette baisse de régime et son influence moins grande sur l’équipe depuis janvier : il frappe deux fois moins au but (avec un zéro pointé face à Angers et Nîmes) mais surtout il réussit deux fois moins de dribbles (4,1 par match en 2020 et 2,6 en 2021) et de passes clés (2 par match en 2020 et 0,83 en 2021).

Mais au final ce qui est peut-être plus critiquable, c’est son attitude même si elle n’a rien de nouveau. Très impliqué lors de ces premiers pas avec les Girondins, il en fait aujourd’hui moins sur le plan défensif et peut-être trop sur le plan offensif. Sa prestation face à l’OM a symbolisé cela avec cette volonté d’être le « héros » d’un soir comme l’a souligné Jean-Louis Gasset, son entraîneur. Son entourage reconnaît que ce jour-là, il a « arrosé » avant d’ajouter que « si ça passe, on va dire que c’est extraordinaire ».

Pris en otage par Gasset

Dans cette musique bien connue, il y a également cet inlassable refrain pour Hatem Ben Arfa : il poserait problème dans le vestiaire en raison justement de cette attitude de soliste. Ça aussi ses proches en ont l’habitude : « On sait très bien comment ça fonctionne, qui parle. Il y a toujours de la jalousie et c’est tellement plus facile de tout lui remettre sur le dos mais bon, il a maintenant de la bouteille sur ça. » Pour l’instant, l’attaquant a décidé de ne pas répondre sur les conseils de son entourage comme lors des remontrances de Laurent Koscielny dans le vestiaire après le match contre l’OM. « Pour Hatem, c’est même plutôt sain justement, il l’a bien pris sur le moment. Tant qu’il y a du respect, il n’y a pas de problème », ajoute un ami.

Le couple Hatem Ben Arfa/Jean-Louis Gasset est attendu aux Girondins.
Le couple Hatem Ben Arfa/Jean-Louis Gasset est attendu aux Girondins. - N.TUCAT M.FEDOUACH - / AFP

Finalement, c’est surtout son propre entraîneur qui l’a mis maladroitement dans une position inconfortable vis-à-vis de ses coéquipiers. Sans que lui ne demande rien. Dès son arrivée, Jean-Louis Gasset a publiquement assumé de lui donner les clés du camion et que tout devait tourner autour de lui. Une déclaration très mal vécue par un vestiaire déjà un peu en morceaux. « Gasset a fait tapis sur Ben Arfa et ce n’est pas très judicieux vu que le manque de constance d’Hatem (Ben Arfa) est justement la seule constante de sa carrière », lance l’agent d’un joueur bordelais. Du coup, aujourd’hui, le management de l’ancien adjoint de Laurent Blanc se retourne un peu contre lui et son meneur de jeu n’y est pour rien. Il est simplement pris en otage par les déclarations de son entraîneur pourtant spécialiste en relations humaines.

Il donne toujours sa priorité aux Girondins

« La mer est donc haute en ce moment » comme le rappelle un proche mais « il faut surmonter ce genre de périodes et il a l’expérience pour lui ». Et qui dit expérience, dit patience. Pas question pour Hatem Ben Arfa de partir dès maintenant en vrille et de remettre tout en cause. S’il sent, comme tout le monde, que ça ne vit pas bien dans ce groupe bordelais, l’attaquant donne toujours sa priorité à Bordeaux pour la saison prochaine. Il a signé en octobre un contrat d’un an plus une année en option.

Hatem Ben Arfa entouré de Frédéric Longuépée (PDG) et Alain Roche (directeur sportif).
Hatem Ben Arfa entouré de Frédéric Longuépée (PDG) et Alain Roche (directeur sportif). - Mehdi Fedouach / AFP

« Lui, il voudrait rester à Bordeaux car il s’y sent bien, affirme son entourage à 20 Minutes, après aujourd’hui on ne sait pas trop où va le club, on ne sait pas quelle est sa position vis-à-vis de lui, il n’y a pas de visibilité et dans le même temps, les clubs reviennent de plus en plus vers nous après ses très bons premiers mois aux Girondins. » Pourvu que les Marine et Blanc revoient le plus rapidement possible cet Hatem Ben Arfa !