ASSE-PSG : Marco Verratti va-t-il être le grand bénéficiaire de l’arrivée de Mauricio Pochettino ?

FOOTBALL Le milieu italien du PSG s’est retrouvé dans un étonnant registre offensif, mercredi à Saint-Etienne (1-1), délivrant même une passe décisive en pleine surface adverse

Jérémy Laugier

— 

Marco Verratti a tenté de faire disparaître l'ASSE et son milieu offensif Romain Hamouma.
Marco Verratti a tenté de faire disparaître l'ASSE et son milieu offensif Romain Hamouma. — Laurent Cipriani/AP/SIPA
  • Si le PSG n’a guère brillé pour les débuts de Mauricio Pochettino sur le banc, mercredi dans le Chaudron (1-1), la principale satisfaction est venue de Marco Verratti.
  • Dans un rôle hybride de relayeur-meneur de jeu, l’international italien a eu un joli rayonnement, adressant même une subtile passe décisive à Moise Kean.
  • Le nouvel entraîneur du PSG va-t-il chercher à faire de Marco Verratti l’équivalent d’un Christian Eriksen, son maître à jouer durant ses années fastes à Tottenham ?

Au stade Geoffroy-Guichard,

Marco Verratti va-t-il se muer en Christian Eriksen 2.0 ? Très attaché à son 4-2-3-1 durant ses cinq ans et demi à Tottenham (de 2014 à 2019), Mauricio Pochettino confiait les clés de son équipe au talentueux milieu danois, actuellement en perdition à l’Inter. Pour sa première sur le banc parisien, mercredi à Saint-Etienne (1-1), le coach argentin a choisi d’installer le « Petit Hibou » dans un rôle assez semblable de meneur de jeu. Avec Idrissa Gueye et Ander Herrera s’occupant derrière lui des taches défensives, l’international italien a subitement changé de registre par rapport aux années Tuchel.

Avalant les kilomètres comme rarement, aimantant le jeu (80 ballons touchés rien qu’en première période) et se révélant précieux à la distribution (54 passes réussies sur 58 dans le camp stéphanois avant la pause), il a semblé transfiguré par son nouveau poste hybride, entre numéro 8 et 10, avant de marquer le pas par la suite. Son entraîneur a expliqué son plan après la rencontre, et on se souvient qu’Unai Emery avait aussi poussé (en vain) dans ce sens à son arrivée dans la capitale en 2016.

C’est difficile de dire où il a joué exactement ce soir car il avait beaucoup de liberté sur le terrain. C’est un ''playmaker'' qui peut aider l’équipe. Sa qualité peut lui permettre d’évoluer à différentes positions. »

Neymar va-t-il hériter de pareille liberté axiale à son retour ?

Imaginez un peu, Marco Verratti s’est même retrouvé en pleine surface adverse, dans un duel face à Jessy Moulin. Mais rassurez-vous, son naturel est alors revenu au galop puisqu’il n’a même pas tenté d’inscrire son premier but en Ligue 1 depuis… mai 2017 ! L’avantage, c’est que son choix altruiste était tellement surprenant que Retsos a été mystifié par son caviar à destination de Moise Kean, auteur de l’égalisation parisienne (1-1, 22e).

La principale différence entre Marco Verratti et Christian Eriksen tient sans doute là : le Danois a enquillé 69 buts et 89 passes décisives avec les Spurs, contre 9 buts et 54 offrandes pour l’Italien à Paris, malgré 24 matchs officiels de plus. La rencontre avec Mauricio Pochettino peut-elle transformer l’inconstant milieu du PSG, en le rendant plus efficace et enfin attiré par le but, à 28 ans ? Bon, en vrai, ce rôle de créateur libre semble tout droit dévolu à Neymar à son retour de blessure. Mais imaginer Marco Verratti réfléchir à des célébrations de but, à un moment où plus personne sauf peut-être « Poch » n’imagine cela, ça aurait de la gueule, non ?