Droits TV : L’appel à la grève chez Mediapro France levé après une réunion avec Jaume Roures

FOOTBALL Une réunion par visioconférence avec Jaume Roures a permis de rassurer la centaine d’employés de Mediapro France

A.L.G. avec AFP

— 

Jaume Roures s'est exprimé par vidéoconférence devant les employés de Mediapro France.
Jaume Roures s'est exprimé par vidéoconférence devant les employés de Mediapro France. — FRANCK FIFE / AFP

L’appel à la grève lancé pour jeudi par les syndicats de Mediapro France, prestataire technique chargé de la production de matchs et des émissions de la chaîne Téléfoot, a été levé après une réunion avec Jaume Roures, patron du diffuseur défaillant de la Ligue 1. « Il s’est engagé à être à nos côtés, même si on aura des pertes d’emploi, soit en usant de reclassements au sein du groupe, soit par le biais d’un accompagnement pour permettre aux salariés de partir dignement », a déclaré une source syndicale à l’AFP.

Lors de cette réunion par visioconférence, initialement prévue jeudi et avancée à mercredi soir, M. Roures n’a pas chiffré le nombre d’emplois menacés au sein de Mediapro France, structure de production comptant une centaine de salariés. « Forcément, la fermeture définitive de Téléfoot va entériner un gros départ, les trois quarts des salariés [de Mediapro France] sont sur le site de Téléfoot », a poursuivi cette source.

La 16e journée de L1 et L2 sera bien diffusée

« Jaume Roures s’est engagé à être vraiment à nos côtés. S’il faut indemniser, ne pas juste le faire au rabais et permettre une sortie digne des salariés, que ce soit dans les mesures de formation, ceux qui veulent être reclassés… », a-t-elle poursuivi, indiquant que Mediapro France pourrait continuer son activité « a minima », par exemple dans la sous-traitance de production de matchs.

Créé en 2012, Mediapro France était le prestataire technique de beIN Sports France jusqu’à l’été dernier. La levée de cet appel écarte la menace qui pesait sur les retransmissions de matchs de la 16e journée de Ligue 2 vendredi et samedi, ainsi que de la 16e journée de Ligue 1 samedi et dimanche.

Par ailleurs, alors que le tribunal de Nanterre doit se prononcer jeudi en fin d’après-midi sur la rupture de contrat avec la LFP, on a appris par L'Equipe que Mediapro avait bien payé (si, si !) 64 millions d’euros à l’instance française. Bon, il faut dire aussi que c’était une condition préalable pour que le tribunal puisse se prononcer sur une sortie de crise. Un second versement de 36 millions d’euros hors taxes (43,2 millions d’euros TTC) est également prévu dans le courant du premier trimestre 2021.