PSG-Basaksehir : « Un point de basculement inquiétant »… Le monde du sport crie son indignation après les événements de mardi

FOOTBALL Les personnalités sportives et politiques ont fait part de leur colère après les événements survenus au Parc des Princes, mardi soir, lors du match PSG-Basaksehir 

Aymeric Le Gall

— 

La campagne de l'UEFA contre le racisme, plus que jamais d'actualité après les événements au Parc mardi soir.
La campagne de l'UEFA contre le racisme, plus que jamais d'actualité après les événements au Parc mardi soir. — RADEK MICA / AFP

Au Parc des Princes,

Caisse de résonance ultime du XXIe siècle, les réseaux sociaux (Twitter en tête) ont pris feu mardi soir après l'hallucinante soirée que l’on a vécue au Parc des Princes avec l’interruption du match PSG-Basaksehir. Pour rappel, Pierre Achille Webo, l’adjoint camerounais de l’entraîneur du Basaksehir, s’est plaint de propos racistes tenus à son encontre par le quatrième arbitre, le Roumain Sebastian Coltescu, après quoi les 22 acteurs ont quitté le terrain pour ne plus jamais y revenir.

Alors que les échanges étaient encore vifs dans les travées du Parc des Princes, c’est un raz de marré de réactions indignées qui s’est abattu sur les réseaux sociaux peu après 22h mardi soir. De réactions indignées, mais aussi de coups de chapeau tirés aux acteurs de ce match qui, pour la première fois dans l’histoire de la Ligue des champions, ont refusé de revenir sur le terrain pour marquer leur colère et leur indignation.

Rio Ferdinand parle d’un « point de basculement inquiétant »

Les joueurs eux-mêmes ont tweeté depuis les vestiaires du Parc, sur les coups de 23h. « Say no to racism, M. Webo we are with you », a par exemple écrit Kylian Mbappé. Plus tôt, c’est le club de Basaksehir qui publiait le visuel de l’UEFA contre le racisme, accompagnant l’image d’un simple mais explicite « NO TO RACISM ». Le président turc – et accessoirement supporter de l’Istanbul Basaksehir – Recep Tayyip Erdoğan s’est indigné lui aussi des mots de M. Coltescu, condamnant « fermement les propos racistes tenus à l’encontre de Pierre Webo, membre du staff technique de Basaksehir. »

« Je suis convaincu que l’UEFA prendra les mesures qui s’imposent », a-t-il ajouté. Invité à réagir depuis le plateau de la chaîne BT Sport, l’ancien défenseur mancunien Rio Ferdinand a tenu des propos forts : « Nous sommes à un point de basculement inquiétant, il ne se passe pas une semaine sans un incident impliquant la question raciale. La sortie des joueurs est un pas dans la bonne direction, mais cela ne peut pas s’arrêter là. »

Pour Dacourt, il y aura un avant et un après PSG-Basaksehir

C’est aussi dans ce sens (celui du point de non-retour) que l’ancien footballeur Olivier Dacourt, auteur du reportage « Je ne suis pas un singe », sorti en 2019 sur Canal +, a souhaité réagir chez nos confrères de L’Equipe. « C’est un geste très courageux de la part de tous les joueurs. Ils ont été à l’unisson dès qu’ils ont pris la portée des propos scandaleux du quatrième arbitre. Il faut déjà souligner l’attitude de Demba Ba et de ses coéquipiers qui l’ont suivi. Les Parisiens ont aussi mis la pression. De ces propos scandaleux de l’arbitre roumain est né un acte fort, affirme l’ancien Strasbourgeois. Cet arrêt va marquer un tournant et peut-être l’histoire. Tout ça est regrettable mais on a vu quelque chose de grand et beau avec la réaction unanime de tous les joueurs. »

Côté politique, la ministre déléguée chargée des Sports, Roxana Maracineanu, a rendu hommage à la réaction des acteurs mardi soir. « Ce soir des sportifs, des athlètes ont pris une décision historique face à une attitude qu’ils ont jugée inacceptable, a-t-elle tweeté. Une expression de racisme ordinaire. Nous attendons les résultats de l’enquête mais je ne peux que saluer la symbolique forte de leur geste et leur solidarité. » Interrogé en conférence de presse après la défaite de son équipe contre le FC Séville, l’entraîneur breton Julien Stéphan a applaudit « la prise de position des deux équipes. « Je l’avais déjà dit, mais si ça se produisait, notre équipe sortirait aussi du terrain », a-t-il ajouté.

De nombreux joueurs ont également tenu à saluer le comportement exemplaire de Demba Ba, remplaçant mardi du côté de Basaksehir mais à l’origine du retour des 22 acteurs aux vestiaires. « Enfin ! Bravo Demba Ba pour avoir montré la voie », a par exemple tweeté l’ancien Lillois Rio Mavuba. Il n’y a pas que le monde du foot qui a réagi mardi soir. A travers les tweets du judoka Teddy Riner (judo), du nageur Amaury Leveaux ou du spécialiste du 3000 mètres steeple Mahiedine Mekhissi, c’est l’ensemble du monde du sport qui a crié son dégoût contre le fléau du racisme. Comme le dit Olivier Dacourt dans L’Equipe, « ce match va faire date dans le foot et même dans le monde du sport. »