Basaksehir-PSG : Double buteur et sauveur du PSG, Moise Kean s'affirme comme une alternative crédible à Icardi

FOOTBALL Le jeune attaquant prêté par Everton reste sur quatre buts incrits en deux rencontres

Aymeric Le Gall
— 
Moise Kean est la révélation de ce début de saison au PSG.
Moise Kean est la révélation de ce début de saison au PSG. — TOLGA BOZOGLU / POOL / AFP
  • Auteur d’un joli doublé contre Basaksehir, Moise Kean s’est mué en sauveur du PSG mercredi soir en Ligue des champions.
  • Arrivé sur la pointe des pieds en toute fin de mercato, le joueur prêté par Everton va installer une vraie concurrence à Icardi sur le front de l’attaque cette saison.
  • Ironie du sort, le jeune garçon a probablement sauvé la peau de l’entraîneur allemand mercredi soir, lui qui n’était pas franchement désiré par ce dernier.

Comme quoi, il ne fait pas que des conneries Leonardo ! En sortant Moise Kean de son chapeau magique dans les dernières heures du mercato, le directeur sportif du Paris Saint-Germain semble avoir une nouvelle fois visé juste. Double buteur contre Dijon au Parc des Princes quelques jours plus tôt, le garçon a récidivé mercredi soir contre Basaksehir en Ligue des champions, devenant par la même occasion, à 20 ans et 243 jours, le plus jeune joueur de l’histoire du club à planter un doublé en C1.

Pas mal pour un gamin pour lequel il ne fallait pas trop en attendre, dixit son coach Thomas Tuchel après la victoire en Ligue 1 samedi. Ironie du sort, Moise Kean a certainement sauvé les miches de son entraîneur mercredi soir, tout autre résultat qu’une victoire ayant été très certainement synonyme de fin du voyage pour TT à Paris.

« Ah mais tu parles Français ? »

Pardonnez-nous ce poncif, mais c’est vrai que tout va très vite dans le football. Pourquoi ? Parce que de prime abord, l’arrivée de l’international italien n’a pas franchement fait danser le Kazatchok à Thomas Tuchel, lui qui espérait la venue d’un buteur fuoriclasse – type Luis Suarez – pour venir pousser Icardi dans ses retranchements. Il n’y a qu’à voir l’accueil réservé au joueur par l’entraîneur du PSG, qui ne savait pas que Kean parlait couramment le français, pour s’en convaincre. Une anecdote qui en rappelle une autre, du temps ou Tuchel entraînait le Borussia Dortmund. Ses dirigeants avaient alors recruté un joueur qu’il n’avait pas demandé, résultat : une conférence de presse pour dire à tout le monde qu’il n’a jamais entendu parler du joueur et une mise sur le banc pour le reste de la saison.

Cette fois, et c’est tant mieux pour Kean, le joueur semble parti pour avoir droit à un meilleur traitement. D’ailleurs s’il continue à empiler les buts à ce rythme, Mauro Icardi peut avoir du souci à se faire. Mercredi, en effet, l’attaquant a sauvé le PSG d’une soirée très mal engagée et offert au club ses trois premiers points en Ligue des champions. De quoi mieux respirer après la débâcle contre Manchester une semaine plus tôt et s’éviter le spectre d’une crise certaine. Surtout, le joueur prêté par Everton vient combler un certain manque sur le front de l’attaque parisienne, en permettant notamment à Mbappé – en l’absence d’Icardi – de ne pas se farcir le rôle de pointe qui ne lui sied absolument pas.

Icardi est prévenu

C’était peu ou prou les arguments sortis par Tuchel avant la rencontre pour justifier la titularisation de l’ancien de la Juve : « Moise peut aller au combat contre les défenseurs, ce que ne fait pas Kylian. Je pense qu’il sera un grand support pour Ney et Angel. On sait que Kylian aime décrocher côté gauche, proche de Neymar. Parfois il manque un gars qui reste comme Icardi ou Kean pour finir. C’est pour ça qu’on a décidé de jouer avec deux attaquants pour attaquer la dernière ligne. »

Buteur de la tête sur un corner de Mbappé pour le 1-0 (comme quoi quand on les frappe direct au lieu de faire des grigris au poteau de corner, ça marche), Kean a ensuite réalisé un superbe enchaînement en pivot contrôle dos au but-frappe pour permettre aux Parisiens de faire le break et d’enterrer les derniers espoirs d’une équipe turque plutôt très joueuse. « C’est un début, a modestement lâché le joueur au micro de RMC après la rencontre. Ça me donnera la force de continuer à travailler dur pour les prochains matchs. Je saurai être prêt pour mes coéquipiers. » Et si en plus ça permet de mettre un peu de pression sur Icardi – qui n’a jamais été meilleur au PSG que quand il sentait le souffle chaud de Cavani sur sa nuque – c’est tout bénef pour Paris.