ASSE : Les Verts savourent « l’ascension de folie » d’Yvann Maçon, passé de N3 à la Ligue 1 en deux ans

FOOTBALL Encore en 5e division avec la réserve de Dunkerque en 2018, le latéral guadeloupéen de 21 ans est l’un des symboles de l’enthousiasmant début de saison de Saint-Etienne, leader de la Ligue 1

Jérémy Laugier

— 

Yvann Maçon célèbre son superbe premier but en Ligue 1, inscrit dimanche dernier à Nantes. LOIC VENANCE
Yvann Maçon célèbre son superbe premier but en Ligue 1, inscrit dimanche dernier à Nantes. LOIC VENANCE — AFP
  • Totalement inconnu du grand public à son arrivée en janvier dernier à Saint-Etienne, Yvann Maçon est devenu la révélation du surprenant leader de la Ligue 1.
  • Reconverti latéral gauche par Claude Puel, le Guadeloupéen de 21 ans vient notamment d’enchaîner sa première passe décisive dans le monde professionnel à Marseille (0-2) puis son premier but à Nantes dimanche (2-2).
  • Avant la rencontre ASSE-Rennes samedi (17 heures), 20 Minutes revient sur le parcours atypique de ce polyvalent joueur formé en tant que milieu relayeur, très loin des centres de formation.

Milieu relayeur en N3 (5e division), latéral droit en National, ailier droit en finale de la Coupe de France contre le PSG (0-1) et latéral gauche depuis le début de la saison en L1. En deux ans, Yvann Maçon a enchaîné avec une facilité déconcertante quatre postes et deux bonds consécutifs de deux divisions, de la réserve de Dunkerque à l’ASSE. Passeur décisif de son « mauvais pied » au stade Vélodrome (0-2) puis auteur d’une frappe foudroyante pour son premier but chez les pros à Nantes (2-2), le joueur de 21 ans sort d’une semaine de rêve. Avant Sainté-Rennes samedi (17 heures), 20 Minutes se penche sur son parcours, très loin des centres de formation.

« En octobre dernier, on a présenté à Claude Puel un montage vidéo d’Yvann Maçon. Le coach a validé son profil, qui nous plaisait pour sa puissance, son explosivité et sa capacité à répéter les efforts », explique l’ancien responsable de la cellule de recrutement des Verts David Wantier, pour qui ce transfert rappelle celui de Kévin Malcuit (ex-latéral de Niort en L2) cinq ans plus tôt. Pour seulement 350.000 euros, l’ASSE enrôle donc au mercato hivernal, via un contrat jusqu’en 2023, celui qui vient de délivrer deux passes décisives pour sa première demi-saison pleine en National, au sein d’un groupe dunkerquois prétendant à la Ligue 2.

« On ne s’attendait pas à un transfert aussi rapide pour lui »

En mai 2017, le Guadeloupéen ne signait pourtant qu’une simple licence amateur après une détection réussie dans le Nord, en provenance de Castelnau-Le Crès (club de R1, soit la 6e division, dans l'Hérault). « Sur ce match d’essai, il avait marqué d’une frappe de 25 m en pleine lucarne, un peu comme celle à Nantes, se souvient Jean-Charles Delgrange, son entraîneur en équipe réserve à Dunkerque (N3) de 2017 à 2019. A 18 ans, il avait déjà un gros potentiel en tant que milieu relayeur. Mais quand on voit la suite pour lui, on se dit que c’est la beauté du foot. » Et ce d’autant qu’il n’a connu que deux apparitions en National lors de ses deux premières saisons dans le Nord.

« Yvann était un peu perdu car il avait été replacé latéral droit à l’entraînement avec l’équipe première, tout en évoluant au milieu le week-end avec la réserve, confie son ami et ex-coéquipier Alexis Calant, désormais à La Louvière (3e division belge). A ce nouveau poste, il était parfois un peu nerveux et il concédait des penaltys sur des erreurs de placement. Mais il a tout cassé comme arrière droit dès le début de la saison 2018-2019. On ne s’attendait quand même pas à un transfert aussi rapide pour lui. »

« Il n’a plus que les bons côtés du joueur ''foufou'' »

Car tout s’est accéléré d’un coup pour Yvann Maçon, à l’image des raids de ce redoutable contre-attaquant durant sa belle demi-saison sur l’aile droite du stade Marcel-Tribut. A en croire Benjamin Rytlewski, entraîneur adjoint de l’USLD, son replacement sur le terrain a été décisif pour le décollage de sa carrière.

Evoluer contre la ligne de touche l’a sans doute cadré. Au milieu, il avait un jeu peut-être trop généreux. Il y a toujours eu une sorte de folie en lui. En devenant d’un coup défenseur avec nous, il a fait des erreurs mais l’objectif était qu’il garde toute sa fraîcheur. On voit qu’aujourd’hui, il n’a plus que les bons côtés du joueur ''foufou'', il a été canalisé par Claude Puel et son implication défensive avec Saint-Etienne m’impressionne. »

Oubliés les petits ponts plus qu’osés tentés dans sa propre surface (à 47 secondes sur la vidéo ci-dessous), le voilà prêt à s’imposer en Ligue 1 auprès d’un entraîneur rigoureux. Recruté dès le 31 janvier « surtout afin d’être prêt dès le début de la saison suivante », comme le précise David Wantier, Yvann Maçon n’a eu le droit qu’à deux matchs compliqués dans l’élite avant le confinement (1-0 à Montpellier et 3-2 à Brest). « Mais en voyant comment il avait immédiatement pris la mesure du National en débarquant de N3, on sentait qu’il aurait vite une carte à jouer au plus haut niveau, et ce aussi grâce à sa polyvalence », décrypte l’ex-responsable du recrutement des Verts.

« On a tous été choqués de le voir milieu droit contre le PSG »

Depuis la reprise du football en France, les supporters stéphanois découvrent un tout autre joueur, titularisé sur les quatre premières journées de championnat à un énième nouveau poste de latéral gauche. Virevoltant en « faux pied », notamment à Marseille, il symbolise l’emballante entame de saison de cette jeunesse verte, leader de la Ligue 1. Deux mois plus tôt, le Guadeloupéen a même pu découvrir le Stade de France lors de la finale de la Coupe de France contre le PSG (0-1), là aussi à la surprise générale.

« Nous étions en stage au Touquet ce jour-là avec l’USLD et on a tous été choqués de le voir titularisé comme milieu excentré droit, sourit Alexis Calant. Dès la 2e minute de jeu, ça nous a fait marrer de le voir mettre une boîte à Neymar et de prendre un carton jaune. Quand on y repense, c’est vraiment une ascension de folie. »