PSG-ASSE : Tacle de boucher et blessure de Mbappé... Capitaine Perrin a raté sa dernière sortie avec Saint-Etienne

FOOTBALL La capitaine stéphanois a raté sa dernière sortie après un tacle mal maîtrisé sur Kylian Mbappé

Aymeric Le Gall, au Stade de France

— 

Loïc Perrin quitte le terrain après son exclusion face au PSG.
Loïc Perrin quitte le terrain après son exclusion face au PSG. — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Il n’y a pas à tortiller, de tous les scénarios qu’il avait dû imaginer dans sa tête avant le match, pas une seule fois Loïc Perrin n’aurait pensé vivre un tel cauchemar pour ce qui restera certainement comme le dernier de sa carrière. A 34 ans, l’emblématique capitaine des Verts devrait, sauf retournement de dernière minute, faire ses adieux au football, et cette finale gâchée par une expulsion mettra du temps à s’estomper.

On rembobine : Lancé en profondeur, Mbappé arrive à toute balle en direction de Loïc Perrin. Deux solutions s’offrent alors à lui : soit il tente de l’arrêter – avec les risques que ça comporte quand on a les genoux fatigués –, soit il laisse couler et offre au numéro 7 parisien une réelle occasion de but. Le capitaine stéphanois choisira finalement la deuxième option et arriva ce qui arriva, un tacle certainement pas méchant mais d’une violence inouïe. Les images sont horribles et la sanction est logique.

Puel ne tire pas sur l’ambulance

En voyant l’arbitre revenir vers lui après un rapide coup d’œil à la vidéo, le défenseur a vite compris que c’en était terminé pour lui. Après être allé checker l’état de sa victime, Perrin a quitté le terrain, tête baissée à la Zizou en 2006, et la tape amicale de coach Puel n’a pas dû changer quoi que ce soit à sa tristesse. On a un peu de peine pour lui car, au fond, Perrin n'a jamais eu la réputation d'être un joueur méchant. Dur sur l'homme oui, mauvais, non. Rien à voir en tout cas avec certains fondus dont l'histoire de notre championnat regorge. Imaginez, ce carton rouge n’est que le deuxième de sa carrière. Pour un défenseur central qui affiche ses 470 matchs au compteur, ça tient presque du miracle. 

C’est sûrement pour cette raison que Claude Puel n’a pas voulu en rajouter en conférence de presse après la défaite. « Avec ces joueurs [du type de Mbappé], on pense avoir le ballon mais ils ont un tel coup de reins qu’ils peuvent faire la différence à tout moment. Bien sûr, je regrette la blessure de Kylian. Mais c’était un engagement sain, il n’y avait aucune mauvaise intention. L’intention était de jouer le ballon mais c’est vrai qu’il va trop vite », a-t-il expliqué. On n’était quand même pas loin du « c’est la faute à Kylian », mais c’est vrai aussi, quelle idée de courir à cette vitesse ? ! Il y a fort à parier que l’attaquant parisien ne lui en tiendra pas rigueur. Le bonhomme connaît le foot et ses règles, même si parfois elles font mal, très mal.

Les Verts étaient dans le match

Pour Sainté, cette exclusion a fait doublement mal là aussi puisque, hormis l’ouverture du score de Neymar au quart d’heure de jeu, le PSG était malmené en début de match. Le poteau de Bouanga aurait déjà pu donner à cette finale une tout autre physionomie mais, même après la frappe du Brésilien sous la barre de Jessy Moulin, les hommes de Claude Puel semblaient avoir de quoi gêner l’armada parisienne. Une fois à dix, l’affaire n’était plus du tout la même.

« Je voudrais féliciter mes joueurs, ils se sont donné les moyens de faire un grand match. On a fait un match très plein, tout le monde a apporté sa pierre à l’édifice, a déclaré l’entraîneur stéphanois en fin de soirée. La déception est à la hauteur de l’investissement et de la qualité que mes joueurs ont mis. J’ai dit dans le vestiaire que ce match peut être annonciateur de bonnes choses pour la saison à venir. » Un avenir qui devrait se faire sans Perrin, donc, même si le capitaine des Verts n’a encore rien annoncé officiellement. Laissons-le déjà se remettre de cette soirée cauchemardesque.