« C’est une merveille », avec son nouveau maillot Hechter, le PSG renoue avec son passé et régale ses supporters

OLD SCHOOL Le PSG va présenter son nouveau maillot à l’occasion du match amical face au Celtic Glasgow, mardi soir, au Parc des Princes

Aymeric Le Gall

— 

Le PSG va présenter son nouveau maillot aux supporters lors du match face au Celtic.
Le PSG va présenter son nouveau maillot aux supporters lors du match face au Celtic. — Capture d'écrans
  • A l’occasion du match amical face aux Ecossais du Celtic mardi soir, le PSG va présenter à ses fans le maillot que leurs joueurs porteront la saison prochaine.
  • Le design rappelle celui dessiné en 1973 par le créateur de mode et président du PSG Daniel Hechter, un maillot que les supporters n’ont jamais oublié.
  • C’est l’aboutissement d’un long travail de lobbying des ultras auprès du club et de l’équipementier et il y a fort à parier que ce maillot va se vendre comme des petits pains.

C’est jour de madeleine de Proust au Parc des Princes pour les supporters du PSG. Certes, le stade a fait peau neuve et ne ressemble plus vraiment à ce qu’il était avant que les Qataris ne prennent possession du club en 2011, le rouge et le bleu délavés des vieux strapontins en métal ont depuis longtemps laissé place à de confortables sièges à la peinture éclatante, ça sent moins la saucisse et la bière que les gauffres et la boisson énergisante. Pourtant, en débarquant au Parc mardi à l’occasion du dernier match amical, face au Celtic (en live sur 20 Minutes à partir de 18h), avant la finale de la Coupe de France vendredi, les fidèles de la Porte d’Auteuil vont se prendre un gros shoot de nostalgie en pleine face.

A l’occasion des 50 ans du club, le PSG a en effet décidé de renouer avec un bout de son histoire, celle qui s’accroche dans les fibres et fait la fierté du peuple bleu et rouge : le maillot Hechter, du nom du créateur de mode​ et ancien président parisien de 1973 à 1978, qui dessina ce qui restera à jamais comme l’une des plus belles liquettes de l’histoire du club, voire du championnat de France.

Après des années à réclamer corps et âme son retour, les supporters ont enfin eu gain de cause. « Ça peut paraître un peu fort comme terme, mais je ressens beaucoup de joie aujourd’hui, nous glisse Boris, 37 ans, supporter du PSG depuis toujours. Ce retour est une très bonne nouvelle pour les supporters qui n’arrêtent pas d’entendre depuis l’arrivée des Qataris que le PSG est un club sans âme, sans histoire. »

Fini le bavoir, place à la classe

Après avoir dû se farcir des années durant des maillots qu’il qualifie le plus sobrement du monde de « merdes commerciales, des produits avec une orientation marketing banale », Alex, 29 ans, est fier de « ce retour aux sources » et impatient de lâcher un petit billet pour se le payer. Il faut avouer que ces dernières années, le club et son équipementier se sont parfois surpassé pour offrir à leurs fans des maillots au design douteux et, au tribunal du bon goût, le PSG aurait souvent dû prendre perpet'. « Pour moi, le pire c’était le maillot “bavoir”, avec un gros carré blanc et un gros carré rouge, horrible… », sourit Boris. Du genre « qu’on ose sortir uniquement pour aller faire un foot avec les potes, et encore », poursuit-il.

Le fameux maillot
Le fameux maillot - MIGUEL MEDINA / AFP

Ça fait un moment que le projet est dans les tuyaux et, comme chaque année, les premières images ont filtré au compte-gouttes sur les réseaux sociaux et sur les sites spécialisés, jusqu’à ce que DJ Snake, sorte d’ambassadeur officieux du club parisien, ne dévoile la bombe sur les réseaux sociaux.

« C’est une merveille, je le trouve archi beau », tranche Boris. Pourtant je ne suis pas forcément un Ayatollah du maillot Hechter en disant “c’est LE seul maillot historique du club”, on en a plusieurs autres qui ont marqué les supporters, mais c’est vrai que celui-là a fait les grandes heures du PSG dans les années 1980 puis 1990. »

Quand les ultras font du lobbying

Pour les ultras, c’est l’aboutissement d’une lutte acharnée qui se compte en années. Comme des mômes tirant la main de leurs parents pour faire un détour au rayon jouets à chaque foutu passage au supermarché, la tactique de l’usure a fini par payer. « C’est vrai qu’on les tannait depuis pas mal d'années, se marre Cyril Dubois, avocat du Collectif Ultras Paris, lui-même fan du PSG. En même temps qu’on préparait le terrain pour le retour des ultras au Parc, qu’on travaillait avec le club, on n’oubliait jamais de remettre une pièce dans la machine. Un jour, peut-être pour qu’on arrête de les emmerder, Jean-Claude Blanc [le directeur général du club] nous a promis que lorsque le directeur marketing de Nike serait de passage à Paris, il nous inviterait pour évoquer la question directement avec lui. Et il a tenu parole. »

Un jour d’octobre 2018, le PSG invite une petite délégation de supporters pour venir plaider la cause du Hechter auprès de l’un des big boss du marketing de la marque à la virgule. Cyril Dubois s’en souvient comme si c’était hier. « On a organisé une réu au siège du club, je suis venu avec mes deux maillots vintage, le maillot Hechter et le blanc. Il a pris les maillots en photos sous toutes les coutures avec son assistante, on lui a répété l’importance que ce maillot revêtait aux yeux des supporters », rembobine-t-il.

« Je ne sais pas si c’était juste pour nous faire plaisir, mais j’ai trouvé qu’il avait l’air très intéressé et qu’il était à l’écoute. J’ai d’ailleurs cru qu’il allait me les embarquer, rigole l’avocat. Je les avais sortis de mon sac un peu à l’arrache et il a commencé à me le plier super proprement, je me suis dit qu’il allait me les embourber ! Je lui ai dit “It’s not a gift”. Finalement, c’était juste pour me les rendre proprement. »

Difficile en revanche de dire à quel point la parole des supporters a compté dans ce retour aux sources. « Ils ont sûrement voulu faire référence à l’histoire du club parce qu’on va fêter les 50 ans, je ne pense pas qu’ils aient cédé à la pression populaire, c’est juste contextuel mais ça fait sens par rapport au passé du PSG », réfléchit Boris. Le retour de Leonardo, très attaché au respect de l’institution PSG, n’y est certainement pas étranger non plus.

On sait par exemple qu’en coulisses, le Brésilien – qui a eu la chance de porter un maillot Hechter, c’était lors de la saison 1996-1997 – freinait des quatre fers pour que Paris porte le moins souvent possible le maillot third (orange) et qu’il n’était pas contre un retour dans le passé. « Je ne sais pas à quel point on a joué là-dedans mais j’espère qu’on a pu apporter notre pierre à l’édifice, conclut Cyril Dubois. Disons que toutes les planètes étaient alignées. » A Neymar, Mbappé et consorts de le faire briller.