Coronavirus : Pas de masques ni de gestes barrières en tribune… Le CUP admet avoir « très mal géré » le retour au Parc

MEA CULPA De retour au Parc des Princes vendredi pour un match amical du PSG, les ultras parisiens ont été pointés du doigt pour ne pas avoir respecté les gestes barrières malgré la crise sanitaire liée au Covid-19

A.L.G. avec AFP
— 
Les ultras du PSG étaient de retour au Parc des Princes à l'occasion du match amical contre Waasland-Beveren.
Les ultras du PSG étaient de retour au Parc des Princes à l'occasion du match amical contre Waasland-Beveren. — Anne-Christine POUJOULAT / AFP

A jamais les premiers (à se faire allumer). Montrés du doigt après la victoire contre Dortmund, en huitième de finale retour de C1, pour avoir célébré la qualification du PSG alors que la France s’apprêtait à entrer en confinement, les ultras parisiens ont eu droit aux mêmes critiques pour leur retour en tribunes, vendredi soir, lors de la victoire (7-0) de leur équipe contre les Belges de Waasland-Beveren.

Massés aux pieds du Virage Auteuil à l’occasion du premier match post-confinement de leur équipe au Parc des Princes, les membres du Collectif Ultras Paris ont subi la foudre des réseaux sociaux pour ne pas avoir respecté les gestes barrières ni porté de masque en tribune alors que le Covid-19 circule toujours en France.

« On n’a pas de volonté de désobéissance »

Interrogé par nos confrères du Parisien, Romain Mabille, le président du CUP, a admis avoir « sous-estimé l’engouement qu’il allait y avoir » autour de ce match. « On s’est laissé aller par l’enthousiasme du match. On l’a très mal géré, je suis entièrement d’accord, mais on n’est pas irresponsables. On discute depuis des semaines sur la manière de revenir au stade et en sécurité. Il n’y avait pas de mauvaise volonté de notre part », a-t-il poursuivi.

Cette première expérience ne devrait cependant pas empêcher les ultras parisiens d’assister au dernier match amical, face au Celtic Glasgow mardi soir (19h) au Parc des Princes, avant la finale de Coupe de France contre Saint-Etienne au Stade de France vendredi. « On va essayer de démontrer qu’on est capables d’avoir un comportement responsable, même si l’ambiance en pâtit. Le PSG aimerait qu’on soit là en respectant toutes les consignes. C’est faisable, on cherche la meilleure formule. On n’a pas de volonté de désobéissance », a conclu Romain Mabille.

En revanche, le CUP ne devrait pas être présent à Saint-Denis vendredi contre les Verts, ni contre Lyon en finale de la Coupe de la Ligue une semaine plus tard (vendredi 31 juillet). Les leaders du Collectif Ultras Paris ont par ailleurs recommandé à leurs membres de ne pas se rendre à Lisbonne à l’occasion du « Final 8 », où leur équipe affrontera l’Atalanta Bergame le 12 août en quarts de finale.