Coronavirus à Lille: Les joueurs du Losc Sanches, Ikoné et Bamba testés positifs

FOOTBALL L’entraîneur Christophe Galtier s’est emporté face au manque de sérieux dans le respect des gestes barrières

20 Minutes avec AFP

— 

Renato Sanches (illustration).
Renato Sanches (illustration). — Kieran McManus/BPI/REX/SIPA

Christophe Galtier est obligé de hausser le ton. L’entraîneur du club de football de Lille a révélé samedi que trois de ses joueurs ont été testés positifs au coronavirus : Renato Sanches, Jonathan Ikoné et Jonathan Bamba. Il a donc appelé à plus de sérieux dans le respect des gestes barrières.

Victoire (2-1) contre le club belge de Mouscron

« Sanches, Bamba, Ikoné ont été rattrapés par la patrouille, c’est-à-dire rattrapés par le Covid-19. Ils sont chez eux, on espère qu’ils vont revenir rapidement. Ils sont suivis tous les jours », a expliqué Galtier après la victoire (2-1) en amical sur la pelouse de Mouscron (D1 belge), remportée en l’absence des trois joueurs positifs. « Des tests ont été faits lundi à la reprise, après la coupure de huit jours, et ils ont contracté le virus. Ils sont chez eux isolés, les joueurs vont bien mais on attend de voir les prochains tests », a précisé le technicien nordiste.

Sanches, qui était rentré au Portugal durant la semaine de congé, a eu des symptômes et a été testé positif là-bas, a précisé Galtier : « Renato est toujours au Portugal et il ne peut pas encore voyager car il doit satisfaire à deux tests négatifs pour pouvoir voyager ». Concernant Bamba et Ikoné, Galtier s’est montré plus optimiste quant à un retour rapide au Domaine de Luchin : « Ils devraient revenir lundi à l’entraînement », espère-t-il.

Galtier s’emporte contre le comportement des Français

L’entraîneur lillois en a profité pour pousser un coup de gueule quant au comportement des Français, car il lui fait craindre une deuxième vague de contamination. « J’ai eu huit jours de repos et j’ai vu comment on se comporte… Continuons comme ça et on sera tous reconfinés et ce sera le bordel. A l’Etat d’être ferme. Chez nous il faut interdire. Il ne faut pas préconiser, il faut interdire », a-t-il jugé. « Il faut être plus ferme dans les prises de décision, et une plus grande responsabilité individuelle pour respecter les gestes barrières », a-t-il martelé.