Girondins de Bordeaux : GACP sur un siège éjectable… Que se passe-t-il entre les propriétaires du club ?

FOOTBALL La cohabitation avec King Street, l’autre fonds d’investissement américain, tourne au vinaigre

Clément Carpentier

— 

Frédéric Longuépée (King Street) et Joe DaGrosa (GACP) symbolisent les tensions entre les deux fonds d'investissement américains.
Frédéric Longuépée (King Street) et Joe DaGrosa (GACP) symbolisent les tensions entre les deux fonds d'investissement américains. — Nicolas Tucat / AFP
  • Les fortes tensions entre GACP et King Street, les deux actionnaires des Girondins, devraient conduire au départ du premier.
  • Cette cohabitation devenue impossible est symbolisée par les relations très fraîches entre Joe DaGrosa et Frédéric Longuépée.
  • Ce divorce ne devrait pas remettre en cause l’avenir d'Eduardo Macia (le directeur du football) et Paulo Sousa (l’entraîneur) aux Girondins de Bordeaux.

C’était trop beau pour être vrai. Alors que les Girondins retrouvent de leur superbe sur le terrain (4e de Ligue 1 avant le déplacement à Reims ce samedi), l’implosion est proche en coulisses. Et il n’est pas question là du conflit entre la direction et les Ultramarines, le plus grand groupe de supporters du club. Mais bien des propriétaires du club.

Rien ne va plus entre les deux fonds d’investissement américains, King Street et GACP (General American Capital Partners) comme l’a révélé L’Equipe, il y a quelques jours : « Il y a un gros problème au board », confirme un dirigeant à 20 Minutes. Pour rappel, le premier majoritaire à 86.4 % finance et le second minoritaire à 13.6 % manage. Un système très répandu aux Etats-Unis.

Mais qui peut être bancal surtout quand les deux personnes à la tête du club ne font partie de la même entité et non pas les mêmes objectifs. L’un, Joe DaGrosa (président, GACP) a surévalué (et pas qu’un peu) les recettes du projet et souhaite investir massivement dans le club dans un premier temps alors que l’autre, Frédéric Longuépée (président délégué, King Street), gère à l’euro près une situation financière compliquée (même si la DNCG n’y trouve rien à redire pour le moment) et limite les investissements sur le sportif tout en développant d’autres revenus plus commerciaux pour être dans les clous.

Une communication en début de semaine

C’est simple, aujourd’hui, les deux hommes ne se parlent pratiquement plus. Chacun fait son petit truc de son côté. Le bras de fer est engagé. C’est par exemple dans cette logique que Joe DaGrosa et son bras droit Hugo Varela ont disparu depuis plusieurs semaines et refusent de s’exprimer sur le conflit avec les supporters. Le but ? Laisser Frédéric Longuépée - dont les Ultramarines demandent le départ - s’enfoncer dans la crise et forcer King Street à l’écarter ou le pousser lui-même à la démission. Dans ce dossier très sensible, Frédéric Longuépée a même reçu des menaces de mort, selon nos informations.

Mais l’ancien dirigeant du PSG est robuste et surtout, il peut compter sur le soutien indéfectible de King Street, le fonds d’investissement ultra-majoritaire. Un fonds qui demande aujourd’hui des comptes à GACP face à des résultats financiers bien en dessous des prévisions et qui serait prêt à l’écarter du jeu : « C’est une forte possibilité mais pour l’instant rien n’est fait. Certains vont prendre rapidement la parole », affirme un proche du dossier. Cette communication se fera normalement en début de semaine prochaine après une nouvelle réunion.

Enfin, Sud Ouest évoque également l’hypothèse inverse, c’est-à-dire le rachat par GACP des parts de King Street grâce à un nouvel investisseur. Une chose est sûre, il n’en restera sûrement qu’un.

Paulo Sousa a envie de continuer pour l’instant

Au château du Haillan, c’est l’attente. Peu de personnes sont au fait alors que tout se déroule de l’autre côté de l’Atlantique. Mais aujourd’hui beaucoup se demandent quelles seront les conséquences sur le terrain ? En cas de départ de GACP, Hugo Varela, en charge du projet sportif et qui a installé Eduardo Macia (le directeur du football) et Paulo Sousa (l’entraîneur), disparaîtrait en effet des radars du jour au lendemain avec Joe DaGrosa. Frédéric Longuépée, lui, ressortirait renforcé de cet épisode. Quelle serait alors la réaction des supporters ?

Pour ce qui est de l’organigramme, King Street ne souhaite pas se séparer d’Eduardo Macia et Paulo Sousa selon les informations de 20 Minutes. Les deux hommes font du très bon travail depuis leur arrivée. L’Espagnol pourrait même prendre du galon car il est très apprécié par Frédéric Longuépée. Reste à savoir comment réagira l’entraîneur portugais déjà très échaudé par le dernier mercato et le peu de moyens à sa disposition pour renforcer son effectif :

« Si je n’avais pas envie de continuer, je ne serais pas là ! Après c’est quelque chose que je ne maîtrise pas mais je me pose des questions, c’est normal. Il y aura forcément des conséquences. Mais je veux continuer à aider ce club car il le mérite. »

Dans ce contexte de forte incertitude, c’est donc la seule assurance pour les supporters bordelais, Paulo Sousa sera encore sur le banc des Girondins, samedi (20h), à Reims. Pour le reste…