ASSE : Pour les supporters stéphanois, « Wahbi Khazri n’a fait taire personne contre Amiens »

FOOTBALL Buteur dimanche face à Amiens (2-2), pour la première fois en Ligue 1 depuis six mois, l'attaquant des Verts Wahbi Khazri avait « à cœur de faire fermer des bouches »

Jérémy Laugier

— 

Ici aux côtés de Denis Bouanga, Wahbi Khazri est enfin redevenu buteur dimanche contre Amiens (2-2). PHILIPPE DESMAZES
Ici aux côtés de Denis Bouanga, Wahbi Khazri est enfin redevenu buteur dimanche contre Amiens (2-2). PHILIPPE DESMAZES — AFP
  • L’ASSE de Claude Puel a été tenu en échec par Amiens (2-2), dimanche dans le Chaudron.
  • Cette rencontre a été marquée par le premier but de Wahbi Khazri en Ligue 1 depuis avril, et surtout par ses déclarations d’après match.
  • Décidé à « faire fermer des bouches », l’international tunisien n’a toujours pas convaincu les supporters des Verts cette saison.

« J’ai subi pas mal de critiques depuis le début de la saison. J’avais à cœur de faire fermer des bouches et de montrer que ce que je fais depuis dix ans, ce n’est pas rien, que je suis un beau joueur de football. On voit comment les gens tournent leur veste quand ça ne se passe pas trop bien. » L’attaquant de l’ASSE Wahbi Khazri a eu une façon particulière de fêter son but contre Amiens (2-2) dimanche, le premier depuis six mois et 1.188 minutes de disette en Ligue 1 (un penalty contre Bordeaux), et même le premier sur une action de jeu depuis le 16 janvier (2-1 face à l’OM).

Une sortie médiatique qui n’a pas ravi les supporters stéphanois, surtout car la frappe victorieuse de l’international tunisien (déviée par Aurélien Chedjou) n’a débouché que sur un match nul dans le Chaudron face au 13e de Ligue 1. « Je comprends sa rancœur mais je ne comprends pas le timing, indique Faustine, 20 ans, abonnée au kop nord. Etre footballeur, c’est accepter les critiques et elles étaient pour le coup toujours clairement justifiées. Pour moi, il n’a fait taire personne hier. Au contraire, avec cette déclaration il rajoute de l’huile sur le feu. Je trouve ses propos presque égoïstes et très malvenus après un nul contre Amiens. D’autant plus que la meilleure réponse est sur le terrain et jamais en zone mixte. »

« C’est peut-être finalement Claude Puel qui l’a le plus allumé »

Un reproche partagé en partie par Sylvain, 37 ans : « Je comprends sa réaction par rapport à ce qu’on peut lire à longueur de temps sur son poids. Khazri est un bon gars qui ne ménage pas ses efforts mais il ne faut pas qu’il minimise son début de saison vraiment médiocre. Je pense que sa “réponse” aux critiques était un peu hâtive. Qu’il se concentre sur le terrain, les bouches se fermeront toutes seules s’il est bon ». Cela est donc loin d’être le cas depuis de longs mois, et sa préparation tronquée après la Coupe d'Afrique des nations est une explication.

« C’est une question d’ego, estime Judicaël, un autre supporter de l’ASSE et rédacteur pour le site En Vert et contre tous. Le mec s’est un peu fait chahuter dans la presse et il a envie de prouver des choses. Mais c’est peut-être finalement Claude Puel qui l’a le plus allumé. » En effet, aucun journaliste n’y était allé ces dernières semaines d’une punchline comme l’a fait son nouvel entraîneur vendredi : « Je ne demande pas à Wahbi de marcher sur l’eau, juste de courir sur le terrain ».

« Ses six gros mois la saison passée ont créé une attente »

« Quand Khazri dit qu’il a fait fermer des bouches, c’est ridicule dans le sens où son match est très moyen malgré son but, relève Eric, 54 ans. Le problème, c’est que les joueurs actuels n’acceptent plus les critiques. Je trouve cela excessif comme j’ai trouvé excessif les sifflets à son encontre en début de championnat. » Car outre les médias, Wahbi Khazri n’a pas été épargné par le public stéphanois, en étant hué par une partie du Chaudron lors de son remplacement contre Brest (1-1), dès la deuxième journée de Ligue 1. Judicaël revient sur cet épisode surprenant, qui a visiblement aussi marqué le numéro 10 des Verts.

On ne doit pas siffler un de ses propres joueurs aussi vite, même s’il est en difficulté, c’était un peu raide. Les kops se sont d’ailleurs vite désolidarisés de ces sifflets. Il y a sans doute une évolution parmi le public stéphanois, avec un côté “on brûle ce qu’on a adoré”. Ses six gros mois la saison passée ont créé une attente, et ça s’est transformé en déception vu qu’il ne porte plus son équipe de la même manière. »

Auteur de 13 buts et sept passes décisives en 2018-2019, Wahbi Khazri avait en effet placé la barre haut. Son entame de saison manquée (un but et deux passes décisives), tout comme celle des Verts (12es en L1, aucun succès en Ligue Europa) ont provoqué ce coup de gueule inattendu dimanche. Claude Puel et le Chaudron seront-ils prêts à piquer à nouveau l’orgueil de leur principal atout offensif, dimanche (21 h) face à Monaco ?