Equipe de France : Nabil Fekir charge Jean-Pierre Bernès en se confiant sur son transfert manqué à Liverpool

FOOTBALL L’ancien capitaine de l’OL Nabil Fekir revient ce mardi dans « L’Equipe » sur les dessous de son transfert programmé mais avorté chez les Reds, en juin 2018

Jérémy Laugier

— 

Nabil Fekir a signé une passe décisive après son entrée en jeu avec les Bleus, samedi soir contre l'Albanie.
Nabil Fekir a signé une passe décisive après son entrée en jeu avec les Bleus, samedi soir contre l'Albanie. — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA
  • Nabil Fekir a signé une belle entrée en jeu samedi face à l’Albanie (4-1).
  • L'ancien capitaine de l’OL s’est confié ce mardi à L’Equipe sur sa nouvelle aventure au Betis Séville, mais aussi sur son transfert manqué un an plus tôt à Liverpool.
  • Sur ce sujet, « Nabilon » en veut surtout à son ancien agent Jean-Pierre Bernès.

Nabil Fekir a prouvé samedi qu’il avait encore son mot à dire avec les Bleus. Subtil passeur décisif sur l’ultime but de Jonathan Ikoné contre l'Albanie (4-1), l'habituel joker de l’équipe de France confirme ainsi son encourageant début de saison avec le Betis Séville (deux buts inscrits en Liga). Cet exil a priori bénéfique après une dernière année très compliquée à l’OL l’a poussé à revenir ce mardi dans L'Equipe sur ce fameux transfert manqué à Liverpool, en juin 2018.

« Ce qu’il s’est dit, ce n’est pas la vérité, explique-t-il. Le genou, il va très bien, il n’a rien du tout. Le pire, c’est qu’on puisse avancer que c’est à cause de ma famille que le transfert n’a pas eu lieu. Ça lui a fait du mal, comme ça m’a fait du mal. » Nabil Fekir l’assure : « Même moi, je ne connais pas la vérité » au sujet de la volte-face des Reds, qui étaient prêts à mettre 65 millions d’euros pour recruter l’ancien meneur de jeu lyonnais.

Bernès : « Il faut qu’il arrête de prendre les gens pour des imbéciles »

Une chose est certaine, ce revirement de situation a contribué à mettre fin à la collaboration entre « Nabilon » et son agent Jean-Pierre Bernès. « Quand tu ne t’entoures pas des bonnes personnes, ça te cause du tort. Quand dans les négociations, tu n’es pas informé de tout ce qu’il se passe, ce n’est pas normal. » L’ex-capitaine de l’OL lui reproche aussi sans le nommer d’avoir « voulu diviser » sa famille. « Quand vous n’avez rien de bien à dire sur quelqu’un, ça ne sert à rien de parler, sinon je vais dire des choses que je vais regretter, poursuit-il. Aujourd’hui je n’ai plus aucun contact avec lui et je n’en veux plus, ça ne sert à rien. »

Un torpillage en règle auquel a répondu Jean-Pierre Bernès dans L’Equipe : « Il faut qu’il arrête son cinéma et de prendre les gens pour des imbéciles. Le transfert a capoté pour deux raisons : son genou, même si les dirigeants anglais étaient prêts à faire un effort à ce sujet. La seconde raison, c’est l’irruption d’un pseudo-avocat étranger au dossier qui a demandé, au moment de la signature, à ce qu’on recommence les négociations depuis le début. » Cette orageuse fin d’aventure (après quatre ans) entre Nabil Fekir et Jean-Pierre Bernès va se poursuivre devant le tribunal de grande instance de Marseille, le célèbre agent ayant assigné son ancien joueur pour « rupture prématurée du contrat d’agent ».