Bordeaux-OL: «Il peut y avoir une forme de psychose», pourquoi les Girondins encaissent autant de buts sur coup de pied arrêté?

FOOTBALL Alors que Lyon se présente, l’équipe de Paulo Sousa encaisse plus de la moitié de ses buts sur ces phases depuis le depuis de la saison

Clément Carpentier

— 

Le Bordelais Otavio et le Lyonnais Fékir vont se retrouver.
Le Bordelais Otavio et le Lyonnais Fékir vont se retrouver. — Alex MARTIN / AFP
  • Les Girondins reçoivent l’Olympique Lyonnais, ce vendredi (20h45), au Matmut Atlantique.
  • Bordeaux encaisse plus de la moitié de ses buts sur coup de pied arrêté cette saison.
  • La défense en zone installée par Paulo Sousa est un échec total pour le moment.

Les Girondins ont la 5e meilleure défense de Ligue 1 (36 buts encaissés). C’est peut-être la seule bonne statistique de la morose saison des Marine et Blanc. Malheureusement derrière celle-ci se cache un autre chiffre beaucoup moins glorieux : Bordeaux encaisse plus de la moitié de ses buts sur coup de pied arrêté (19) ! En détails :

  • 11 corners
  • 6 penalties
  • 1 coup franc direct
  • 1 coup franc indirect

Si Paulo Sousa tient à rappeler que « selon les statistiques de l’UEFA, 33 % des matchs de Ligue des champions se décident sur un coup de pied arrêté », voir une équipe dépasser la barre des 50 % est extrêmement rare. « C’est beaucoup trop. Autant dans le jeu, il y a l’adversaire, il peut être plus fort, vous balader… Autant sur coup de pied arrêté, on est sur du marquage pur et dur ! », explique l’ancien défenseur du club, François Grenet.

Pour l’instant, la défense en zone de Sousa est un échec total

Plus inquiétant encore, on atteint tout simplement les 100 % depuis l’arrivée du Portugais sur le banc des Girondins courant mars. Son équipe a encaissé tous ses buts sur coups de pied arrêtés (quatre sur corner et deux sur penalty) pour un bilan d’une victoire, deux nuls et deux défaites. Le mal est donc profond. L’accusé Paulo Sousa a-t-il des explications ? « Quand je suis arrivé, j’ai remarqué que les joueurs manquaient d’agressivité individuelle dans les duels. Du coup, j’ai tout changé et décidé de défendre en zone. »

Si François Grenet (400 matchs de Ligue 1) comprend le choix de l’entraîneur bordelais, il reste extrêmement dubitatif sur ce système : « A chaque fois qu’un de mes entraîneurs a tenté la zone, c’était toujours le foutoir ! C’est beaucoup plus compliqué à mettre en place. Les joueurs en face sont totalement libres alors qu’en individuel, vous pouvez un minimum contrôler les courses. » Les défenseurs peuvent par exemple dès le départ gêner le déplacement de l’attaquant.

Une psychose peut-elle s’installer ?

Paulo Sousa peut également se réfugier derrière les absences de Jovanovic et surtout Pablo, lors des deux dernières défaites à Saint-Etienne et Nîmes. Pas sûr que le retour du Brésilien face à Lyon ce vendredi (20h45) change la donne. Pour l’ancien défenseur des Girondins, « il peut y avoir une sorte de psychose maintenant avec des joueurs qui se disent avant même le coup de pied arrêté : " Olalala, on n’est pas bien là ! " Et ça, c’est le meilleur moyen de se louper. »

Alors que le Portugais n’a pas prévu de repasser en individuel pour le moment, il n’y a pas dix mille solutions pour François Grenet : « La seule, c’est de responsabiliser les joueurs ! Si tu te troues, tu ne joues plus point barre. » Une solution radicale mais peut-être la seule efficace. Et il serait temps puisque pour la petite histoire, Bordeaux est la deuxième meilleure défense « dans le jeu » avec 17 buts encaissés derrière le PSG (13) et à égalité avec Lille. Autant dire que le jour où les problèmes seront réglés sur les coups de pied arrêtés…