Equipe de France: Griezmann, sous-côté en France? «Oui, certainement», répond Didier Deschamps

FOOTBALL Le sélectionneur de l'équipe de France a évoqué le cas d'Antoine Griezmann en conférence de presse

A.L.G.

— 

Deschamps admet que Griezmann est un peu sous-côté en France.
Deschamps admet que Griezmann est un peu sous-côté en France. — FRANCK FIFE / AFP

Alors que les joueurs de l’équipe de France se sont retrouvés lundi matin à Clairefontaine dans le cadre des deux matchs de qualif à l’Euro 2020, en Moldavie vendredi et contre l’Islande, lundi, Didier Deschamps est passé devant la presse pour balayer un certain nombre de sujets. L’un d’entre eux, Griezmann, et le possible intérêt du Barça pour l’actuel buteur de l’Atlético.

Déjà confronté à cela en plein Mondial en Russie (après un suspense intenable, Grizou avait annoncé dans une vidéo qu’il restait chez les Colchoneros), le natif de Mâcon est à nouveau au centre des spéculations concernant le prochain mercato estival. « Il n’y a aucun souci là-dessus par rapport à Antoine, a déclaré le sélectionneur. S’il est sollicité, il peut être amené à réfléchir. Ce qui s’est passé avant la Coupe du monde ne l’a pas empêché de faire ce qu’il avait à faire et d’aller chercher ce titre mondial. C’est le lot quotidien de ces joueurs amenés à bouger. »

Grizou sous-côté en France ?

Mais le plus intéressant est venu ensuite, quand DD a été invité à répondre à un éventuel dénigrement du niveau du joueur de la part de la presse sportive hexagonale. Et après un petit instant de réflexion, l’entraîneur champion du monde s’est montré aussi honnête que disert.

« Oui, certainement, a-t-il fini par admettre. Cela a toujours été le cas des Français de l’étranger. Antoine a réalisé une année 2018 de très, très grande qualité, en étant décisif avec son club en Ligue Europa avant de l’être avec nous pour devenir champion du monde. Il aurait mérité, certainement, d’avoir certaines récompenses qu’il n’a pas pu avoir (le Ballon d'Or). Après, l’exposition médiatique en France pourrait être un peu plus importante, oui. Son geste, contre l’Uruguay, où il a laissé Olivier Giroud tirer un penalty, prouve l’état d’esprit d’Antoine par rapport à l’équipe de France. »