Real Madrid: Sergio Ramos sort du silence et évoque «un désastre» après l'immonde semaine des Merengue

FOOTBALL Le capitaine a admis avoir une grosse part de responsabilité dans l'échec madrilène 

A.L.G. avec AFP

— 

Sergio Ramos lors de la défaite du Real Madrid contre Levante (1-2), le 20 octobre 2018.
Sergio Ramos lors de la défaite du Real Madrid contre Levante (1-2), le 20 octobre 2018. — Ruben Albarran/REX/Shutterstock/SIPA

Mea culpa : le capitaine du Real Madrid Sergio Ramos a assumé lundi le « désastre » d’une semaine où l’équipe a perdu deux clasicos, sa couronne européenne et ses chances de titre au printemps, sans se prononcer sur un maintien de l’entraîneur Santiago Solari, très fragilisé. « L’enchaînement des événements ces derniers jours a été un désastre et je ne me cache pas, nous ne nous cachons pas. Les joueurs sont les principaux responsables et moi, en tant que capitaine, encore plus », a écrit Ramos dans un long message sur son compte Instagram.

En réponse aux multiples rumeurs apparues ces derniers jours dans la presse à propos d’altercations qu’il aurait eues avec le président merengue Florentino Pérez ou avec le vice-capitaine Marcelo, le défenseur international espagnol a minimisé ces épisodes. « Ce qui se passe dans le vestiaire se règle dans le vestiaire. Il n’y a aucun problème », a écrit Ramos au sujet de Pérez. Quant à Marcelo, « il y a des accrochages à tous les entraînements, cela fait partie d’un travail effectué sous tension. C’est anecdotique (…), Marcelo est comme un frère ».

View this post on Instagram

As footballers we like to do our talking on the pitch but this season is not turning out that way. Recent events have been disastrous and I’m not hiding. We are not hiding. We the players are primarily responsible and I, as captain, more than anyone. That's why I thought that the most honest way to answer the questions that are circulating around us would be to tackle them directly. Was the yellow card in Amsterdam an error? Absolutely it was an error and I take the blame 200%. Why did you record the documentary? There are certain commitments made and it never remotely went through my head that the game could have turned out as it did. The recording itself was scaled down as the game went on. Did you argue with the President in the dressing room? Dressing room issues are discussed and resolved in the dressing room. There's no problem whatsoever and everybody has the same interest: Real Madrid. Did you address your teammates and criticize them? We always talk and motivate each other in the dressing room and always in a constructive way. Did you have a confrontation with Marcelo? We have exchanges in every training session. It's part of working with pressure. But it’s just an anecdote like so many others that happen from day to day. @Marcelotwelve is like a brother to me. Why did you travel to Valladolid? Because I wanted to be close and support my teammates. What's happening with the coach? It’s a decision that’s not ours to make and in which we never interfere. We have enormous respect for the position and we always support the Real Madrid coach. These reflections are, without doubt, the result of a deeply disappointing season but if success didn’t stop us, we're not going to let defeat stop us. It's our obligation to carry on, to work and to evolve. And to remember that some of us are lucky enough to play for @realmadrid, some of us are lucky enough to form part of its history, but #RealMadrid was, is and will always be #RealMadrid. No one name makes the legend of Real Madrid, but we have all written that legend together. Together we have to work for the future and restore our hope. Madridista Commitment. #HalaMadrid

A post shared by Sergio Ramos (@sergioramos) on

Beaucoup de choses à se faire pardonner

Sergio Ramos a fait au passage son autocritique, reconnaissant « une erreur » après avoir délibérément obtenu un carton jaune à l’aller contre l’Ajax Amsterdam (succès 2-1) comme si la qualification était acquise, se retrouvant suspendu lors du naufrage en huitième retour (défaite 4-1). Il a aussi regretté d’avoir profité de cette seconde manche pour suivre le match depuis les loges au stade Bernabeu, entouré de caméras tournant un documentaire à sa gloire…

Toutefois, à l’inverse de ses partenaires Nacho ou Karim Benzema, qui ont ouvertement soutenu Solari dimanche soir après le sursaut réussi contre Valladolid (4-1) en Liga, le capitaine merengue n’a même pas mentionné le technicien argentin. « Que va-t-il arriver avec l’entraîneur ? C’est une décision qui ne nous appartient pas et sur laquelle nous n’avons jamais aucune influence. Nous avons un énorme respect pour le poste et nous soutenons toujours l’entraîneur du Real Madrid », s’est-il borné à dire.