Ligue Europa: Arsenal ou Genk? A quelques heures du tirage, le Stade Rennais hésite encore

FOOTBALL Le tirage au sort des 16e de finale de Ligue Europa a lieu ce lundi à Nyon, en Suisse…

Camille Allain

— 

Qui d'Eden Hazard ou de Petr Cech affrontera le Stade Rennais en 16e de finale de Ligue Europa ?
Qui d'Eden Hazard ou de Petr Cech affrontera le Stade Rennais en 16e de finale de Ligue Europa ? — Ken Sparks/UK Sports/SIPA / PicMonkey
  • Qualifié pour la première fois de son histoire en 16e de finale Ligue Europa, le Stade Rennais connaîtra son adversaire ce lundi.
  • De nombreuses grosses écuries européennes pourraient se dresser sur la route des Bretons. Arsenal, l’Inter Milan, Naples ou Chelsea sont encore en course.
  • Les joueurs rennais que 20 Minutes a interrogés semblent hésiter entre un gros et un petit.

Kiev, Astana et Jablonec. Au soir du tirage des poules de Ligue Europa, on se disait que le Stade Rennais était plutôt verni. Six matchs et une qualification inespérée plus tard, les Bretons avancent à tâtons en vue du tirage au sort des 16e de finale prévu ce lundi (13h) à Nyon (Suisse). Faut-il espérer un gros morceau comme Arsenal, Chelsea, Naples ou l’Inter de Milan ? Ou bien croiser les doigts pour tirer un petit comme Genk ? Les joueurs sont partagés. Morceaux choisis.

« Espérer quelque chose de grand »

« Je n’ai pas vraiment d’espérance. Mais on a envie de rêver encore et d’essayer de faire rêver le plus longtemps possible les supporters. J’espère qu’on ira le plus loin possible », estime Benjamin Bourigeaud. Celui qui évoluait en Ligue 2 il y a encore deux ans pourrait croiser la route d’Eden Hazard ou de Mesut Ozil en février. « Peu importe l’adversaire, il faudra faire deux gros matchs et espérer quelque chose de grand ».

Candidat suivant. « J’ai envie de continuer la compétition et de passer le prochain tour », lance Damien Da Silva. Plutôt un « petit » alors ? « C’est difficile car j’ai aussi envie de prendre des grosses équipes. C’est une compétition que je découvre et jouer des gros, ça peut être hyper intéressant pour nous tous. Je suis partagé », admet le défenseur.

« Jouer une grosse écurie européenne serait fantastique »

On tente notre chance auprès du président. « De toute façon, ce sera difficile, mais on fera tout pour aller au tour suivant ». L’ancien dirigeant du PSG aimerait retrouver un cador en 16e, et le dit à demi-mot. « Oui, jouer une grosse écurie européenne serait fantastique », lance Olivier Létang. Arrivé il y a un an, le président compte sur la campagne européenne « pour continuer à faire grandir le club, à engranger de l’expérience ». Au classement UEFA, Rennes est de loin l’équipe la moins bien classée (112e).

Du côté des supporters, les avis sont tout aussi partagés. Certains crèvent d’envie de se taper une belle affiche au Roazhon Park en février. Mais d’autres voudraient voir leur club poursuivre la compétition.

En terminant deuxièmes de leur poule, les Rennais pourraient aussi recroiser la route de certains anciens partenaires comme Joris Gnagnon et le FC Séville, actuel deuxième du championnat espagnol. Ou Gelson Fernandes et l’Eintracht Francfort, qui ont étrillé l’OM et gagné tous leurs matchs en poule. Ou encore son gardien de cœur Petr Cech, qui a joué à Rennes de 2002 à 2004​ et évolue aujourd’hui à Arsenal. Verdict attendu ce lundi dans l’après-midi.

 

Les adversaires potentiels du Stade Rennais

Arsenal, Benfica, Betis Seville, Chelsea, Dinamo Zagreb, Eintracht Francfort, Genk, Inter Milan, Leverkusen, Naples, Salzbourg, FC Séville, Valence, Villarreal, Zenith Saint-Pétersbourg.