Shakhtar-OL: «Ce serait dangereux de se dire qu’on va jouer le nul»… Les Lyonnais veulent éviter tout calcul

FOOTBALL L’OL pourrait se contenter d’un match nul contre le Shakhtar Donetsk, mercredi (21 heures) à Kiev, pour se qualifier en 8es de finale de la Ligue des champions…

Jérémy Laugier

— 

Longtemps malmenés à l'aller contre le Shakhtar Donetsk (2-2) il y a deux mois, Nabil Fekir, Moussa Dembélé et l'OL vont disputer un match retour décisif mercredi à Kiev.
Longtemps malmenés à l'aller contre le Shakhtar Donetsk (2-2) il y a deux mois, Nabil Fekir, Moussa Dembélé et l'OL vont disputer un match retour décisif mercredi à Kiev. — JEFF PACHOUD / AFP
  • En cas de nouveau match nul mercredi (21 heures) contre le Shakhtar Donetsk, lors du dernier match de poule, l’OL retrouvera les 8es de finale de la Ligue des champions, six saisons après.
  • Cependant, Bruno Genesio et Bertrand Traoré ont tenu à rappeler ce mardi, durant leur conférence de presse à Kiev, à quel point il serait « dangereux » de seulement viser un match nul.

De notre envoyé spécial à Kiev,

Un classique de dilemme européen attend l'OL, mercredi (21 heures) contre le Shakhtar Donetsk. Comment aborde-t-on un match de poule décisif lorsqu’on sait qu’un cinquième match nul consécutif suffirait à rallier les 8es de finale de Ligue des champions ? Durant leur conférence de presse, ce mardi, dans un hôtel du centre-ville de Kiev, Bertrand Traoré et Bruno Genesio ont sans surprise tenté de convaincre tout le monde que l’OL ne se présenterait pas avec un bloc bas et une quête absolue du 0-0.

« En tant que grand club comme l’OL, on joue toujours les matchs pour les gagner, assure notamment l’attaquant burkinabé. Ce serait dangereux pour nous de se dire qu’on va jouer le match nul. On est ici pour se qualifier et la meilleure des manières est d’aller chercher la victoire. » Certes, mais comment les Lyonnais peuvent-ils réellement débarquer en Ukraine sûrs de leur force ? Surtout après un gros coup d’arrêt en Ligue 1 contre Rennes (0-2) et un enchaînement de buts subis dans les dernières minutes en Ligue des champions, face à Hoffenheim (à deux reprises) et Manchester City.

« Le meilleur moyen d’aller nous qualifier sera de jouer notre jeu »

« On a été malheureux lors des dernières rencontres, admet Bertrand Traoré. Mais il y a un peu plus de concentration par rapport aux autres matchs. » Ce ne serait pas de trop pour la 7e défense de L1, qui n’a quasiment livré que des scénarios débridés et déroutants sur la scène européenne cette saison. Bruno Genesio, soulagé de déclarer Tanguy Ndombele et Houssem Aouar « opérationnels » ce mardi, a lui aussi insisté sur l’importance de se lâcher offensivement.

« Il ne faut pas parler de ça, indique-t-il. A nous d’attaquer le match avec nos forces. On connaît notre faculté à jouer, quel que soit l’endroit ou l’adversaire. Je pense que le meilleur moyen d’aller nous qualifier sera de jouer notre jeu et non pas de calculer quoi que ce soit. » Les douloureuses fins de matchs des dernières semaines ont rappelé à quel point son groupe ne risquait pas de marcher sur les traces d’une Juve version Chiellini-Bonucci pour tenir un résultat.

« Il y a une sorte de feeling qu’on ne peut pas expliquer »

Bruno Genesio a donc exhorté ses joueurs à avoir avant tout « recul et sang froid » pour gérer au mieux la perspective d’un premier 8e de finale de Ligue des champions depuis 2012. « J’aime bien ce genre de match, il y a une sorte de feeling qu’on ne peut pas expliquer, s’enthousiasme Bertrand Traoré. Toutes les conditions sont réunies pour tout donner. » Y compris l’important épisode neigeux annoncé sur Kiev pour mercredi ? S’il y a bien un joueur dans le dur qui incarne la fragilité lyonnaise, c’est Nabil Fekir.

Le plus souvent méconnaissable cette saison et incapable de tenir l’intégralité d’un match de très haut niveau, l’international tricolore a une nouvelle fois été vivement conforté par son entraîneur. « C’est notre capitaine et il est prêt, comme tous les autres joueurs, à faire un grand match et à aller chercher cette qualification », confie Bruno Genesio. Avant de conclure avec une formule visant à gonfler le moral de son joueur clé : « Si Leo Messi et Cristiano Ronaldo sont dans une phase un peu moins bonne, Valverde et Allegri vont-ils les mettre remplaçants dans un match décisif ? ». Ah, si « Nabilon » pouvait être dans cette galaxie-là sur un tel choc à Kiev…