Vendredi confession: «Le PSG? Le seul club que j'ai été aussi ému de quitter», Ibra ouvre son petit cœur tout doux

FOOTBALL Le Suédois est longuement revenu sur son aventure au PSG...

A.L.G.

— 

Zlatan, lors de ses adieux au Parc le 14 mai 2016.
Zlatan, lors de ses adieux au Parc le 14 mai 2016. — FRANCK FIFE / AFP

A l’occasion de la sortie prochaine de sa deuxième autobiographie, Zlatan Ibrahimovic a reçu Vincent Duluc, le journaliste de L’Equipe, à Los Angeles, où il réside aujourd’hui. Et comme toujours quand Zlatan s’exprime, il y a de quoi faire. On vous conseille d’ailleurs la lecture de l'intégralité de cette interview​ à paraître dans l’Equipe Magazine et déjà disponible sur le site, mais voici quelques éléments marquants de cet entretien.

Interrogé sur sa relation avec Laurent Blanc, le Suédois se montre assez élogieux à l’égard de l’ancien coach du PSG de 2013 à 2016 : « Avec Laurent Blanc, on a vécu une période positive, on a gagné beaucoup de choses. Il a fait en sorte que les joueurs restent eux-mêmes et puissent s’exprimer. Il imposait très peu de restrictions, et il avait un très bon adjoint, un type vraiment fantastique [Jean-Louis Gasset]. A deux, ils ont créé un jeu que j’ai rarement joué en club, qui m’a rappelé Barcelone. Alors oui, j’en parle peu, mais c’est parce que les choses se sont bien passées. C’est comme ça que ça marche. Quand c’est bien, on ne le dit pas, mais quand c’est de la merde, là oui. Et avec Laurent Blanc, je n’ai jamais eu de problème. »

Ibra, ému de quitter Paris

Le buteur des Los Angeles Galaxy nous a aussi surpris quand il a évoqué les émotions qui l’ont submergé lors de son dernier match sous le maillot parisien. « Je n’ai jamais été aussi ému qu’à cet instant-là. J’avais les larmes qui coulaient (…). Enfin, je ne pleurais pas, c’était juste des larmes (sourires). J’étais très ému, parce qu’on avait créé un esprit fantastique en peu de temps et je ressentais aussi ce lien spécial. Les supporters avaient été incroyables avec moi ce soir-là, et je crois que c’est le seul club que j’ai été aussi ému de quitter. »

Pourquoi ne pas revenir un jour, dans ce cas ? Justement, Ibrahimovic, qui affirme discuter quasi quotidiennement avec son pote Maxwell, confie que les dirigeants du PSG ne cracherait pas sur son retour une fois sa carrière terminée. « Pour y faire quoi ? », demande le journaliste. Réponse zlatanesque : « Pour faire ce que je veux. Parce que si je reviens au PSG, c’est pour être le patron. Je ne peux pas venir pour autre chose. (…) Mais ce n’est pas pour tout de suite, je suis un joueur en activité, et je veux encore jouer. Quand j’aurai choisi ce que je veux faire, j’en informerai le monde. » Rien que ça.