Il est beau mon melon: «Je serais déjà président», Ibrahimovic se serait bien vu à la place de Donald Trump

FOOTBALL On aurait presque envie de voir ce que ça pourrait donner...

A.L.G.

— 

Zlatan Ibrahimovic décontracté avant d'entrer au Capitole pour son discours sur l'état de l'Union.
Zlatan Ibrahimovic décontracté avant d'entrer au Capitole pour son discours sur l'état de l'Union. — Jae C. Hong/AP/SIPA

Que faire quand la Coupe du monde de foot est terminée et que le championnat n’a pas encore repris ses droits ? On erre sans but dans les rues, le regard dans le vide et l’air hagard, ou alors on peut choisir de se marrer en écoutant les interviews de Zlatan Ibrahimovic. De retour du Mondial en Russie où il était consultant, le Suédois a fêté son retour en MLS dans son club des Los Angeles Galaxy par un but et une victoire contre Philadelphie (3-1). Et quand Zlatan est heureux, il ne faut pas trop le pousser pour lâcher une punchline bien sentie.

Ce coup-ci, le Z s’est imaginé en président des Etats-Unis, sans que la question ayant mené à cette sortie médiatique ne l’y ait poussé. Quand le journaliste lui a demandé après le match ce qu’il avait apporté au football aux USA, Ibra est parti dans sa propre direction, à fond sur l’autoroute du gros melon : « Vous êtes chanceux que je ne sois pas venu dix ans plus tôt, sinon je serais déjà président ».

En tout cas, en termes d’estime de soi, Zlatan Ibrahimovic n’a rien à envier à Donald Trump. Ibra président des Etats-Unis, enfin un costard à sa mesure.