OM-PSG: «Stéphane Guy sait qu’on va finir par prendre sa place», on a parlé avec Cazarre et Thoen, les commentateurs du clasico

INTERVIEW Les deux humoristes vont commenter le clasico sur Canal + Décalé...

Propos recueillis par Aymeric Le Gall et Antoine Huot
— 
Le chroniqueur humoristique de Canal + et RMC Julien Cazarre.
Le chroniqueur humoristique de Canal + et RMC Julien Cazarre. — Stéphane Grangier

A l’occasion du classique OM- PSG de dimanche (21 heures), Canal + a décidé d’innover en proposant à ses abonnés de suivre le match de manière originale avec le duo d’humoriste Julien Cazarre et Sébastien Thoen aux commentaires. Pour cela, il faudra aller sur Canal + Décalé, puisque Stéphane Guy et Habib Beye gardent les manettes sur Canal. Avant ce qui s’annonce comme un grand moment de télévision (ou un grand n’importe quoi, c’est au choix), 20 Minutes a pu interroger nos commentateurs en herbes.

Au départ, nous voulions les réunir tous les deux pour parler de ce match mais Sébastien Thoen n’était pas en France au moment de l’interview et il a donc fallu réaliser cet entretien croisé séparément (original comme concept, n’est-il pas ?). Mais rassurez-vous, ça n’empêche pas les deux potes d’Action Discrète de dégainer des vannes à la pelle.

C’était votre idée de commenter ce match ?

Sébastien Thoen : Nous, on en rêvait mais c’est la direction de Canal qui nous a proposé l’idée.

Julien Cazarre : Ils ne savent pas ce qu’ils font, ce sont des gens irresponsables. Ils devront rendre des comptes à la justice. Ils nous ont donné aucune consigne. Ça tombe bien, ils savent que quand on nous dit de pas faire quelque chose, on le fait, et en pire.

Julien est fan du PSG, et toi ?

ST : Moi je suis un grand fan de l’OM, je suis presque un Ultra. Je suis fasciné par le monde ultra et ce qu’ils font en tribune. Le foot, le stade, c’est un des derniers spectacles vivants dans ce monde.

Puisque tu en parles, il n’y aura pas d’Ultras parisiens à Marseille…

ST : Oui, c’est triste. Un clasico sans supporter d’une des deux équipes, c’est pas la même chose. La LFP essaye de faire chier les Ultras alors que ce sont eux qui foutent l’ambiance dans les stades. Ils veulent des gentils toutous dans les tribunes, c’est triste… Vu qu’il y a de moins en moins d’ultras dans les stades, sauf à Marseille – j’embrasse le virage Nord au passage –, on va faire les Ultras aux commentaires. C’est peut-être ça finalement l’avenir des ultras, c’est les ultras qui commentent. On va cramer des fumis, on va dire ce qu’on veut, on va picoler, fumer, on va être libre. Comme ça devrait être le cas dans les tribunes. Les supporters ne sont pas des criminels, les commentateurs ne sont pas des toxicomanes. Plus sérieusement, j’en profite pour dire que je prépare avec Canal une sorte de docu-fiction sur le monde des Ultras, ça va être sympa.

Tu le sens comment, Julien, ce match avec Sébastien Thoen, ton pote fan de l’OM ?

JC : Sébastien est déjà aux abois avec son équipe en carton. Le match, ça va être un long monologue de Sébastien Thoen et je jetterai mon regard compatissant de temps à autre. Ça va être suicidaire pour lui. Il va être comme un phacochère qui n’a pas mangé depuis trois semaines. Il va entrer dans une rage folle, insulter le Qatar, le gouvernement français, Ophélie Meunier, tout ce qui lui passe par la tête. Il va même menacer de faire le djihad en cas de défaite de l’OM. Ça va être terrible.

Si l’OM gagne, comment ça va se passer ?

JC : Si par miracle ils gagnent, je sais déjà que Sébastien va être ingérable, il va crier de partout, allumer des fumigènes. Je vais être obligé de quitter la France pendant quelques semaines.

Avec un fan du PSG d’un côté et un de l’OM de l’autre, on va être à combien sur l’échelle de la mauvaise foi et de la baston ?

ST : On va être très consensuels car on a des crédits immobiliers et que le métier de comique finit toujours mal donc on anticipe, on ne veut pas d’emmerdes. Non, en vrai on va être à fond, l’objectif c’est que les gens passent un bon moment. Alors, évidemment, on va être lourd, c’est normal. Quand tu filmes deux cons en train de parler pendant une heure et demie, tu peux pas t’attendre à autre chose. Ça sera peut-être inégal, mais comme la vie finalement. Et puis comme l’OM va gagner en plus, ça va être top. Et même si on ne gagne pas, on sera champion en fin de saison donc ça va.

Canal vous a fixé des limites pour ne pas que ça parte en sucette ?

ST : Non, on fait ce qu’on veut, Canal nous a donné carte blanche. Et puis je vais te dire, les abonnés de Canal c’est pas les abonnés de Netflix, ils ont un cerveau et ils savent faire la part des choses entre nos blagues, notre délire et les trucs un peu plus sérieux. Tout le monde va passer un bon moment.

Le but à terme c’est de virer Stéphane Guy, on ne va pas se mentir ?

ST : Ah il n’est pas viré, déjà ? Il est encore là ? Je pense qu’il faut évidemment qu’Habib Beye continue mais pour le reste, tous les autres, les Guy, les Margotton, les Balbir (même s’il est rigolo quand il est bourré et qu’il fait des blagues sur les homos ou les femmes) il faut qu’ils sautent tous. L’avenir du commentaire, c’est nous. Et en même temps, j’ai envie de dire faisons-le une fois et on verra si les gens ont envie de nous revoir.

JC : Stéphane Guy sait déjà qu’on va finir par prendre sa place, sa fin est proche. Mais quand je serai à sa place, je ferai bâillonner Paganelli lors des buts, comme le barde Assurancetourix dans Astérix, pareil.

Ça représente un rêve de gosse pour vous de commenter un match ?

ST : Ah oui, oui, grave. En plus aujourd’hui, dans les médias télé, presse, radio, on ne peut pas vraiment dire que l’ambiance soit à l’audace, à la créativité, on recycle tout, c’est l’avènement du sympa. Pour te dire le niveau, Camille Combal est devenu une star alors qu’il fait les mêmes blagues que mon petit cousin. Là pour une fois on va proposer un truc original, je trouve ça chouette.

Niveau audience, vous ne craignez pas de faire concurrence à Canal ?

ST : Non parce que je pense que les gens qui ont un cerveau ne vont pas forcément nous écouter. C’est ceux qui n’en ont pas qui nous regardent.

Vous avez préparé le truc ou vous y allez au talent ?

ST : C’est compliqué d’y aller au talent quand tu n’en as pas, mais c’est un peu ça l’idée. Non, on a préparé le truc, mais on n’a pas non plus eu beaucoup de temps puisque là je ne suis pas à Paris. Je le vois dimanche. Pour le décor, on mettra des bières et des chipo, parce que c’est aussi ça le foot.

JC : On l’a préparé mais on va aussi faire ça à l’instinct. Moi, pendant les matchs, j’ai l’habitude de ne pas parler, je suis stressé, sur ma chaise. Mais là, ça va être un bonbon, une friandise. Je me suis préparé, j’ai fait un stage de premiers secours. Comme ça, si Thoen est en PLS, je saurai faire, je pourrai même donner l’extrême-onction.

Vous aurez aussi une sorte de Laurent Paganelli au bord du terrain ?

ST : Malheureusement c’est impossible car Paganelli, ce génie sportif et comique est irremplaçable et difficilement parodiable. J’espère juste qu’on aura droit de l’avoir en vrai et qu’il fera un truc pour nous par contre. Pour nous, il sera dans les douches à la fin du match.

Comment inciter les gens à regarder Canal + décalé avec vous et non Canal + ?

JC : Regardez-nous, les commentaires ne peuvent pas être pires que sur toutes les autres chaînes confondues. Et même si c’est pire, ça sera meilleur. On fera forcément mieux que tous ces escrocs.