Strasbourg-Monaco: «Ce n'était pas le scénario rêvé» pour Thierry Henry, malchanceux contre le Racing (2-1)

FOOTBALL Pour sa première avec l'AS Monaco en tant que coach numéro 1, Thierry Henry n'a pas eu de chance avec son effectif diminué face à Strasbourg qui a bien joué le coup (2-1). Mais il retient la volonté de jouer des siens...

Bruno Poussard

— 

Le premier match de Thierry Henry en tant que coach de l'AS Monaco a eu lieu au stade de la Meinau contre Strasbourg.
Le premier match de Thierry Henry en tant que coach de l'AS Monaco a eu lieu au stade de la Meinau contre Strasbourg. — F. Florin / AFP.
  • La première de l'ancien champion du monde en tant que coach numéro 1 a eu lieu au stade de la Meinau contre le Racing club de Strasbourg.
  • En Alsace, l'AS Monaco version Titi a pourtant disposé du ballon et d'occasions mais elle n'a pas eu de chance face à un Racing bien inspiré (2-1).
  • A l'issue de sa première du banc, l'ancien champion du monde 98 tient néanmoins à retenir du «positif», dans la volonté de jouer, notamment.

Sous les applaudissements. C’est ainsi que Thierry Henry a pénétré sur la pelouse de la Meinau au moment de l’échauffement des Monégasques. Mais après le coup de sifflet final, ce sont les Strasbourgeois qui sont rentrés aux vestiaires félicités par le public. Pour la première de l'ancien attaquant en tant que coach numéro 1, Monaco a finalement cédé en Alsace (2-1).

Si les dirigeants du club de la Principauté comptaient sur un choc psychologique, cet AS Monaco là était néanmoins trop diminué pour créer l’exploit contre un Racing bien inspiré. Du banc, Thierry Henry a surtout vu ses joueurs bien malchanceux, avec un but gag, un but refusé, un carton rouge, plusieurs énormes arrêts ou encore une sortie de Falcao sur blessure.

En survêtement de l’AS Monaco et en baskets, l’ancien champion du monde 98 a analysé sa première d’une voix discrète, en remerciant brièvement le public alsacien en réponse à une question sur son sentiment : « Le match aurait pu basculer de notre côté. […] Ce n’est pas le scénario rêvé. Mais on s’est créé des occasions. Et on a toujours continué à jouer, même à dix. Je suis obligé d’être positif dans le négatif. »

Une blessure qui coûte et une expulsion record

Du premier coup franc de Stevan Jovetic détourné par Matz Sels (15e) au deuxième but alsacien signé Lebo Mothiba (84e), les joueurs du Rocher ont pourtant eu le ballon. Pour se créer de belles occasions. Mais le portier strasbourgeois et son latéral Kenny Lala ont été cinq fois décisifs sur leur ligne, ou presque. Puis les Monégasques se sont semés la route d’embûches.

Après l’ouverture du score d’Adrien Thomasson sur un ballon relâché par le jeune gardien Seydou Sy qui a pris tout seul la direction du but azuréen (17e), Radamel Falcao s’est notamment mis hors jeu avant de se blesser quelques minutes après (35e). Encore plus tard, l’attaquant Samuel Grandsir a été expulsé après 1 minute et 51 secondes après son entrée.

En détail, Titi reprend : « On a essayé de mettre en place quelque chose qui a fonctionné dès le début. Et puis on prend ce but. Un but comme ça, dans la situation où on est, ce n’est pas évident. Mais je n’accable pas mon gardien. […] Ensuite, on a réagi mais les Strasbourgeois se sauvent sur leur ligne. […] On a toujours essayé de jouer pour revenir. Même à dix. »

La ''chatte'' à Didier Deschamps, la guigne à Thierry Henry ?

S’ils ont réduit le score sur penalty dans les dernières minutes du match, les joueurs monégasques n’auront donc pas réussi à l’emporter pour la première de Thierry Henry sur un banc en tant que coach numéro 1. Face aux événements malchanceux, les premières vannes n’ont pas tardé. Didier Deschamps a sa fameuse ''chatte'', Thierry Henry aura-t-il sa guigne ?

L’intéressé est déjà focalisé sur le prochain match des siens, contre Bruges, et les détails à gommer : « A l’image du premier but, il faut éviter l’erreur. » Et sa première, au fait, comment Titi l’a-t-il vécu ? « J’étais dans le match, je n’ai même pas fait attention à ce que j’allais faire ou ne pas faire, répond-il. Il faut essayer de rester concentré par rapport à ce qu’il se passe sur le terrain. »