Girondins de Bordeaux: Avec Costil, Pablo et Otavio, la défense retrouve son assise

FOOTBALL Les Bordelais ont retrouvé une vraie sérénité défensive grâce à ce trio depuis deux semaines…

Clément Carpentier

— 

Le trio Costil-Pablo-Otavio tient parfaitement la baraque pour les Girondins.
Le trio Costil-Pablo-Otavio tient parfaitement la baraque pour les Girondins. — C.Triballeau-FRANCOIS NASCIMBENI / AFP - Nicolas Tucat
  • Les Girondins ne font plus partie des plus mauvaises défenses de la Ligue 1.
  • Costil et Pablo retrouvent leur meilleure forme après un début de saison compliquée.
  • Avec Otavio, Bordeaux semble avoir enfin trouvé un équilibre.

L’accusation était importante. Au soir de la 5e journée de Ligue 1, les Girondins de Bordeaux étaient tout simplement la troisième plus mauvaise défense du championnat avec 10 buts encaissés (deux par match). Un délit punit à l’époque par une 19e place. Ce jour-là, les Bordelais venaient de prendre trois buts au Matmut Atlantique par un promu, le Nîmes Olympique. Autant dire que ça faisait tache surtout pour le premier match sur le banc de Ricardo, un entraîneur réputé pour la qualité défensive de ses équipes.

Face à cette situation très compliquée, la parole a donc été donnée à la défense. Et particulièrement trois joueurs enfilent le costume d’avocat depuis deux semaines : Benoît Costil, Pablo et Otavio. Grâce à eux, les Girondins viennent d’enchaîner un troisième match sans défaite à Reims (0-0) avec un seul but concédé sur cette période.

Costil, le capitaine. Auteur d’un début de saison en demi-teinte, le gardien international semble retrouver sa meilleure forme. Il fait gagner des points à son équipe comme face au LOSC où il a écœuré les attaquants lillois, mercredi dernier.

Avec 26 arrêts en huit matchs depuis le début de la saison, Benoît Costil tient la baraque derrière une défense encore jeune (23 ans de moyenne d’âge). Il fait office de grand frère sur le terrain mais aussi en dehors avec son statut de capitaine. Il est devenu un relais indispensable pour le staff.

Pablo, le lieutenant. Mais où s’arrête-t-il ? C’est la question qu’on commence à se poser avec le Brésilien. Celui qui vient d’être retenu pour la première fois avec la Seleção est en effet reparti sur les mêmes bases que son excellente fin de saison dernière. Il est aujourd’hui un élément incontournable aux Girondins de Bordeaux malgré des petits soucis en début de championnat (carton rouge contre Strasbourg et petite blessure aux adducteurs).

Les Girondins de Pablo et Karamoh ont tenu le choc à Guingamp.
Les Girondins de Pablo et Karamoh ont tenu le choc à Guingamp. - CHARLY TRIBALLEAU / AFP

D’ailleurs quand il doit abandonner ses coéquipiers (Strasbourg et Rennes) ou être absent (Toulouse et Nîmes), ça se passe souvent très mal pour les Marine et Blanc. Plus intéressant encore, c’est l’attitude de Pablo. Au fil des rencontres, il se comporte en leader et rassure ses coéquipiers comme le très jeune Jules Koundé, bien meilleur quand le Brésilien est à son côté.

Otavio, le soldat. La touche Ricardo, c’est lui. Alors qu’il avait déjà eu sa chance avec Gourvennec et Poyet, le milieu de terrain défensif brésilien semble enfin l’avoir saisie. Absent de la feuille de match pour la première de son compatriote sur le banc, Otavio vient d’enchaîner trois titularisations d’affilée avec les résultats que l’on sait.

Véritable spécialiste du poste de numéro 6, il a parfaitement équilibré une équipe très bancale sur ses premiers matchs. Au-delà de récupérer un nombre important de ballons, il les ressort souvent très proprement pour orienter le jeu des Girondins. A lui maintenant de confirmer sur le long terme.