Ligue Europa: Vraie sentinelle, Ricardo, équilibre… Otavio «a su enfin saisir sa chance» avec les Girondins

FOOTBALL Au moment de retrouver Copenhague, Bordeaux peut s’appuyer sur son milieu de terrain brésilien qui confirme enfin tout son potentiel…

Clément Carpentier

— 

Otavio, le nouvel homme fort des Girondins de Bordeaux.
Otavio, le nouvel homme fort des Girondins de Bordeaux. — CHARLY TRIBALLEAU / AFP
  • Un an après son arrivée aux Girondins, Otavio s’impose enfin comme un joueur clé.
  • Depuis que le Brésilien occupe le poste de numéro 6, Bordeaux ne perd plus.
  • Le déclic semble être venu de Ricardo, le nouveau manager du club.

La pression est forte, ce mercredi 26 septembre. Les Lillois multiplient les occasions franches au Matmut Atlantique. Benoît Costil a déjà sauvé à deux reprises les Girondins en quelques minutes. C’est le moment choisi par le tonique petit milieu bordelais pour sortir de sa boîte : Otavio récupère le ballon dans les pieds de Rui Fonte, échappe à Bamba, crochète Xeka pour finalement lancer parfaitement son partenaire Kalu pour l’ouverture du score de Kamano.

Le Brésilien Otavio a réalisé encore un excellent match face à Guingamp.
Le Brésilien Otavio a réalisé encore un excellent match face à Guingamp. - Nicolas Tucat

Cette action résume à merveille ce que le Brésilien apporte à son équipe depuis deux semaines : « Il est très bien. On est très content de lui. Il a fait un match exceptionnel à tous les niveaux : physique, tactique. Il s’est battu comme un guerrier. Il transmet ça aux autres », savoure ce soir-là, Eric Bédouet. Et si c’était enfin l’heure d’Otavio ?

Une première saison très compliquée

Depuis son arrivée de l’Atletico Paranaense pour cinq millions d’euros à l’été 2017, le milieu de terrain a en effet connu plus de bas que de hauts. Que ce soit avec Jocelyn Gourvennec ou Gustavo Poyet, il n’a jamais réussi à s’imposer sur le long terme malgré des performances plus que correctes lors de ses rares apparitions. « Il est là depuis un moment maintenant et à chaque fois qu’il joue, il est bon », admet d’ailleurs le défenseur Jules Koundé. Alors pourquoi ça ne prenait pas jusqu’à maintenant ?

Son intégration ? Même si son arrivée n’a pas été très bien gérée (pas de vacances pour le joueur en 2017), il adore Bordeaux, apprend le français et peut compter sur sa femme à ses côtés. Sa forme physique ? S’il a fait un travail individualisé le mois dernier comme le confie Eric Bedouet, il n’y a jamais eu rien de préoccupant sur ce sujet. Difficile donc de trouver une raison à ses absences dans le goupe depuis un an même si récemment, Otavio n’a pas très bien vécu le départ cet été de deux de ses compatriotes (Malcom et Cafu) dont il était très proche.

Ricardo, le déclic ?

Mais finalement, aujourd’hui, son salut est peut-être venu d’un autre Brésilien à en croire l’entraîneur officiel des Girondins : « Le fait que Ricardo soit là le booste considérablement et il a su saisir sa chance ! » Le nouveau manager du club le connaît parfaitement pour l’avoir observé au Brésil et son entourage ne lui a dit que du bien du joueur. Tout comme Jules Koundé : « Il récupère beaucoup de ballons car il a une grosse activité mais surtout il est aussi capable de le conserver pour orienter le jeu. Ça nous fait un bien fou. »

Depuis qu’il occupe le poste de numéro 6, Bordeaux ne perd plus (deux victoires et un nul). Et ne comptez pas sur Otavio lâcher le morceau ! Car si « des clubs notamment brésiliens (Flamengo, Gremio et Santos) se sont renseignés sur lui cet été, il veut à tout prix réussir en Europe et surtout ne pas retourner là-bas pour l’instant », confie un proche à 20 Minutes. Pour ça, il faudra rééditer des performances comme face à Lille il y a une semaine (79 % de duels gagnés, 14 ballons récupérés et 80 % de passes réussies). Mais à voir la détermination du Brésilien ces dernières semaines, ça pourrait arriver dès ce jeudi contre Copenhague. A Bordeaux, personne ne s’en plaindra.