Equipe de France: «T'es pas champion du monde toi?», Costil retrouve des Bleus aux deux étoiles

FOOTBALL Avec Benjamin Lecomte, le gardien des Girondins vit une semaine un peu particulière entourée des champions du monde…

Clément Carpentier

— 

Benoît Costil et Didier Deschamps pendant l'Euro 2016.
Benoît Costil et Didier Deschamps pendant l'Euro 2016. — Frank Augstein/AP/SIPA
  • Premier rassemblement pour l’équipe de France depuis sa victoire à la Coupe du monde où les deux gardiens remplaçants sont les deux seuls non-champions du monde dans le groupe.
  • Le portier bordelais Benoît Costil pourrait jouer contre les Pays-Bas.

Ils sont là à Clairefontaine ! Comme tous les autres. Ils enfilent les mêmes maillots. Ils s’entraînent sur le même terrain. Ils mangent à la même table. Pourtant, Benoît Costil et Benjamin Lecomte n’ont pas le même statut que leur coéquipier cette semaine. De quel statut parle-t-on ? Celui de champion du monde bien sûr ! Rien que ça. Alors comme l’avoue gardien montpelliérain avec le sourire : « Je suis l’intrus ! »

Benoît Costil a son arrivée à Clairefontaine, lundi.
Benoît Costil a son arrivée à Clairefontaine, lundi. - FRANCK FIFE / AFP

Il faut dire que c’est encore plus vrai pour celui qui vient d’être appelé pour la première fois en équipe de France. Le gardien des Girondins, lui, connaît un peu plus le groupe puisqu’il a participé à l’aventure de l’Euro 2016 avec les Bleus. D’ailleurs, Benoît Costil est plutôt d’humeur taquine quand on lui a demandé comment il allait vivre ses retrouvailles : « T’es pas champion du monde toi ? Tu ne te sens pas champion du monde ? Car c’est le tout pays qui est champion du monde (rires). » Eh oui, tout le monde a le droit à sa deuxième étoile !

Plus sérieusement, le Bordelais est loin d’être perdu au milieu de ses coéquipiers. « J’ai participé à beaucoup de rassemblements sur ces dernières années. Mais voilà, je ne suis pas champion du monde ! Après, je les retrouve avec grand plaisir. Je suis content d’être là. »

Comme si de rien n’était

Contrairement à Benjamin Lecomte qui vit « un truc incroyable », le retour de Benoît Costil dans le groupe France après le forfait de Steve Mandanda est « logique, dixit Didier Deschamps lui-même, cela a été compliqué les deux premiers matchs de Ligue 1 [Strasbourg et Toulouse]. Mais, il a joué beaucoup avec les qualifications de la Ligue Europa et il a retrouvé un bon niveau. Le niveau où Benoît doit être. »

Le gardien des Girondins et son grand copain, Benoît Costil.
Le gardien des Girondins et son grand copain, Benoît Costil. - J.E.E/SIPA

Le gardien des Marine et Blanc profite aussi de la célèbre « logique du groupe » prôné par le sélectionneur depuis la nuit des temps. Il n’a jamais fait de vagues. Aucune déclaration acerbe dans les médias après une non-sélection par exemple. Et on peut faire confiance à Didier Deschamps pour que le jeune Benjamin Lecomte soit dans la même lignée.

D’ailleurs champion du monde ou pas, ils participeront tous les deux à la belle fête prévue au Stade de France dimanche face au Pays-Bas pour le premier match des Bleus sur le sol français depuis leur victoire en Russie. Costil et Lecomte pourront sûrement même toucher la Coupe du monde de leurs propres mains. Et le Bordelais pourrait même jouer ce match avant les forfaits de Lloris et Mandanda… Alors que demander de plus ? Ah si, d’être vraiment champion du monde !

>> A lire aussi : Equipe de France: Pour Dugarry, Deschamps est «l'entraîneur de l'année»

>> A lire aussi : Equipe de France: «Je serai l'intrus», Lecomte se fait tout petit avant de rejoindre les champions du monde

>> A lire aussi : Coupe du monde: «La France méritait de gagner aussi», tiens, tiens, Thibaut Courtois met de l'eau dans son vin