Ligue 1: Les Girondins de Bordeaux n'avaient pas les jambes

FOOTBALL Les Bordelais ont été battus à Rennes (2-0) dimanche...

Camille Allain

— 

Le milieu de terrain du Stade Rennais Benjamin Andre avec le joueur de Bordeaux Lukas Lerager lors du match de Ligue 1, le 2 septembre 2018.
Le milieu de terrain du Stade Rennais Benjamin Andre avec le joueur de Bordeaux Lukas Lerager lors du match de Ligue 1, le 2 septembre 2018. — AFP
  • Les Girondins de Bordeaux ont été battus à Rennes dimanche (2-0).
  • Très mal entrés dans leur match, les Bordelais ont subi les assauts de Rennes et auraient pu prendre l’eau en première mi-temps.
  • Mieux en place en seconde période, ils n’ont pas trouvé les ressources pour se relancer.
  • Les Bordelais semblaient empruntés après leur victoire en Ligue Europa.

Ils n’avaient pas envie ? Dimanche, les Girondins ont grandement souffert face à une équipe de Rennes visiblement transcendée par l’euphorie de la signature de Ben Arfa. Plombés par une entame de match catastrophique, les Bordelais ont semblé manquer de jus, trois jours après leur qualification pour la phase de poules de Ligue Europa face à la Gantoise.

Premier quart d’heure fatal

Apathiques face à un autre européen, les Marine et blanc n’ont pas existé dans le premier quart d’heure qui leur sera fatal et s'inclinent 2-0. Gênés par le pressing rennais, les joueurs ont eu du mal à conserver le ballon notamment au milieu de terrain où Clément Grenier et Benjamin André leur ont fait très mal. Incapables de conserver le ballon, les Girondins évitaient la fessée de peu, sauvés par les interventions de Benoît Costil.

Dans un collectif si emprunté, difficile de sortir des motifs de satisfaction. Seule une frappe de Sankharé sur l’arête de Koubek aura fait vibrer le parcage visiteur. « Il ne faut pas se réfugier derrière le calendrier. On a fait deux fautes évitables, on n’était pas bien », résumait l’entraîneur par intérim Eric Bédouet à l’issue du match.

Poundjé passe complètement à côté

C’est surtout derrière que les Girondins ont inquiété. Poundjé n’a jamais été dans le coup, écopant d’un carton jaune à la 48e, une énième fois débordé par Sarr. Il aura seulement permis de sauver son équipe en arrêtant le but tout fait du 3-0 juste avant la mi-temps. De l’autre côté, Palencia n’aura pas rassuré non plus.

Sur son aile, Kalu n’y arrivait pas, faisant preuve d’un peu de suffisance. Kamano, l’autre homme en forme du collectif ne se montrait pas beaucoup plus. Même l’entrée de Nicolas de Préville ne changeait rien à la face des Bordelais, trop émoussés pour rivaliser avec la vitesse rennaise.

« Je voulais de l’expérience »

Fallait-il changer de système de jeu ? « Je voulais un peu d’expérience, ne pas envoyer des jeunes dans ce match. On prend deux buts sur coups de pied arrêté. C’est un problème de marquage, pas de système », résumait le coach. La trêve arrive à point nommé pour recharger les batteries.