VIDEO. Coupe du monde 2018: Ivre, la Croatie fête sa défaite comme si elle était championne du monde

FOOTBALL Les supporters croates ont fêté le parcours des Vatreni en Coupe du monde sur la place principale de Zagreb...

Camille Allain

— 

Les supporters croates sur la place Jelacic à Zagreb, le soir de la finale de la Coupe du monde perdue contre l'équipe de France. Lancer le diaporama
Les supporters croates sur la place Jelacic à Zagreb, le soir de la finale de la Coupe du monde perdue contre l'équipe de France. — C. Allain / 20 Minutes
  • Les supporters croates ont fait la fête après le coup de sifflet final et la défaite de leur équipe en finale de Coupe du monde face à la France.
  • Plutôt discrets pendant tout le match, les milliers de supporters présents sur la place Jelacic de Zagreb ont exulté et rendu hommage à leurs joueurs.
  • Modric, Rakitic et les autres sont devenus de véritables héros en Croatie.
  • Ils rentrent à Zagreb lundi midi et tout un peuple les attend.

De notre envoyé spécial à Zagreb,

Ils nous avaient promis une énorme fête. Ils l’ont fait. Dimanche soir, au coup de sifflet final, les milliers de supporters croates rassemblés sur la place Jelacic ont donné de la voix pour féliciter leurs joueurs, battus en finale de la Coupe du monde par l’équipe de France (4-2).

Il était environ 19 heures. Comme à chacun de leurs buts, ils ont craqué des fumigènes, crié, hurlé, chanté. « Je suis triste et content à la fois, c’est un sentiment étrange », commentait Domagoj, quelques secondes après la fin du match.

Autour de lui, des milliers de supporters avaient revêtu la tenue à damiers des Vatreni, héros de tout un peuple. « Ils méritaient d’être là. Je pense qu’on a manqué d’un peu de chance pour aller au bout. Ces gars sont énormes », poursuivait le trentenaire, la voix fatiguée.

« Leur parcours est énorme »

Comme lui, les milliers de supporters présents sur la place centrale n’ont pas mis longtemps à se consoler. Quasiment muets pendant tout le match, mis à part sur leurs deux buts, ils se sont brusquement réveillés au coup de sifflet final. « C’est un grand succès. On n’avait pas été aussi bons depuis 98. Leur parcours est énorme », commente Matilda, une jeune Croate vivant à Bruxelles.

Avec ses deux frères Karlo et Jeronim, elle a passé une Coupe du monde de rêve. « Il y a de la tristesse bien sûr, mais tellement de fierté ». Avec son parcours à rallonge ponctuée de trois prolongations, la sélection croate a redonné le sourire à tout un pays. Un pays à l’histoire meurtrie et en proie à des difficultés économiques, mais un pays resté « debout » pour applaudir ses joueurs.

Marchant sur un tapis de bouteilles de bières vides et de fumigènes cramés, Ivan avait le regard un peu hagard. « Ça me fait mal. Je ne sais pas si je préfère être deuxième ou troisième. Terminer sur une défaite, c’est dur ». Son voisin le serre dans les bras.

«On la gagnera dans vingt ans»

A côté, d’autres ont davantage le cœur à la fête. « On a enduré la guerre, on a construit ce pays. On a un cœur gros comme ça, et personne ne nous l’enlèvera. Cette finale, c’est déjà énorme pour notre pays », embraye Nikola, avant de nous doucher à la bière. Son pote nous offrira son t-shirt, comme pour s’excuser. « La France, c’était solide. Bravo à vous », lance-t-il avec un sourire grand comme ça. Et de nous dire. « On a fait demi en 98, finale aujourd’hui. On la gagnera dans vingt ans ».

Un supporter croate à Zagreb, le soir de la finale de la Coupe du monde perdue contre l'équipe de France.
Un supporter croate à Zagreb, le soir de la finale de la Coupe du monde perdue contre l'équipe de France. - C. Allain / 20 Minutes

On a finalement quitté la place Jelacic sous un déluge de klaxons. Partout, sur les échafaudages, dans les fontaines, sur le toit des voitures, les Croates chantaient à la gloire de leurs joueurs. Demain, Modric, Rakitic et tous les autres rentreront au pays. Fêtés comme des héros.