VIDEO. France-Etats-Unis: Kylian Mbappé évite aux Bleus un improbable couac avant le début du Mondial

FOOTBALL L’équipe de France n’a vraiment pas montré son meilleur visage ce samedi, en concédant à Lyon un nul assez tristoune (1-1) face aux modestes Américains. L’essentiel sera d’être bien prêt dans sept jours contre l’Australie…

Jérémy Laugier

— 

Kylian Mbappé a parfaitement coupé le centre de Benjamin Pavard pour égaliser, ce samedi à Lyon.
Kylian Mbappé a parfaitement coupé le centre de Benjamin Pavard pour égaliser, ce samedi à Lyon. — JEFF PACHOUD / AFP
  • Les Bleus ont concédé un match nul (1-1) guère enthousiasmant, ce samedi à Lyon, pour leur dernier match amical avant de filer au Mondial russe.
  • Menée après une grossière erreur (notamment) de Djibril Sidibé, l’équipe de France est parvenue à égaliser grâce à Kylian Mbappé en fin de rencontre (1-1, 78e).

Au Parc OL (Lyon),

L’indémodable I will survive de Gloria Gaynor avait pourtant bien chauffé le Parc OL ce samedi. Le coup d’envoi donné par Aimé Jacquet, sa franche accolade avec Didier Deschamps et les images du Mondial 98 sur les écrans géants sentaient bon la petite soirée sympa pour les Bleus au Parc OL. Mais une semaine avant le début des choses sérieuses contre l’Australie, ceux-ci ont bien failli se compliquer leurs derniers jours d’avant Coupe du monde en Russie en étant longtemps menés par les Etats-Unis. Kylian Mbappé leur a permis de s’éviter un improbable revers (1-1,78e).

L’ennui puis les sifflets

Sur le papier, il y avait à peu près tout pour se faire plaisir avec ce dernier match amical. A savoir une équipe s’apparentant clairement au onze type de Didier Deschamps, un adversaire américain ayant totalement disparu des radars et un stade ne demandant qu’à s’emballer, deux ans après avoir vécu le 8e de finale de l’Euro contre l’Irlande (2-1). Mais après de bonnes intentions et deux éclairs de Paul Pogba en huit minutes (frappe lointaine sur le poteau et caviar de l’exter pour Giroud accroché sans obtenir de penalty), les Bleus ont commencé à sérieusement ronronner.

Et à multiplier les erreurs techniques en zone offensive, à l’image d’un Olivier Giroud à l’envers en pointe. Une interminable séquence de redoublements de passes derrière a même déclenché les premiers sifflets de la partie après la demi-heure de jeu.

Sidibé, Lloris et Mendy, tous coupables sur le but américain

A défaut de réellement déborder cette très modeste équipe américaine privée de Mondial pour la première fois depuis 1986, l’équipe de France n’allait avoir aucun souci à se faire défensivement ce samedi. Cela semblait écrit, et pourtant… A la 44e minute, sur une (très) rare opportunité, a priori anodine, les joueurs de Dave Sarachan ont mis en avant trois sérieuses fébrilités de la soirée. Seulement de la soirée d’ailleurs ?

Benjamin Mendy s’est tout d’abord fait prendre dans son dos par Shaq Moore et n’a pas su gêner son centre. Mais la plus grosse responsabilité de ce but si inattendu revient à Djibril Sidibé. Guère inspiré ce samedi, le latéral monégasque s’est complètement manqué sur son intervention, chutant au passage. Julian Green le bien nommé (pour un match à Lyon) a alors surgi pour déclencher une frappe mystifiant un Hugo Lloris tardant à réagir à son premier poteau (0-1, 44e). Déjà impliqué sur le but italien la semaine passée, le gardien de Tottenham n’est lui non plus pas dans la forme de sa vie pour attaquer ce Mondial.

Kylian Mbappé limite la casse

OK, les Bleus ont quand même su appuyer sur l’accélérateur dans le dernier quart d’heure pour s’éviter une défaite qui aurait vraiment fait tache juste avant un tel rendez-vous. Le gardien américain Zach Steffen a même réussi à s’employer dans les derniers instants face à Nabil Fekir et Ousmane Dembélé.

Heureusement pour la bande à DD, Kylian Mbappé a surgi peu avant avec autorité et (cette fois) réalisme sur un centre impeccable de Benjamin Pavard (tiens tiens…) pour égaliser (1-1, 78e). Il semble désormais clair qu’un grand parcours en Russie passera aussi par les prouesses de l’attaquant du PSG. Un collectif plus séduisant que ce samedi, ce ne serait pas de trop quand même.

>> A lire aussi : Revivez le dernier big test France-Etats-Unis avant leur départ en Russie