OM: Coup de pression d'Arema, qui suspend les négociations sur l'exploitation du stade Vélodrome

FOOTBALL L'entreprise qui gère le Vélodrome semble lassée par les provocations de Jacques-Henri Eyraud... 

J.S.-M.

— 

Le Vélodrome de Marseille, en février 2017.
Le Vélodrome de Marseille, en février 2017. — B. Langlois / AFP

Les négociations étaient tendues. Elles sont officiellement rompues. Dans un communiqué envoyé ce vendredi, Arema, actuel gestionnaire du Vélodrome, annonce qu’il suspend les négociations avec l' Olympique de Marseille, qui souhaite devenir l’exploitant exclusif du stade.

Ces dernières semaines, le président de l’OM Jacques-Henri Eyraud a multiplié les attaques médiatiques contre Arema. « Les prises de paroles répétées de la direction du club résident à l’encontre d’Arema et de la ville de Marseille nous conduisent aujourd’hui à devoir suspendre les discussions entamées », s’agace Arema.

Selon l’AFP, le vrai problème porterait sur le prix du loyer réclamé par Arema à l’OM. Aujourd’hui, l’OM paye six millions d’euros par an.

Ces dernières semaines, Jacques-Henri Eyraud a menacé de quitter le Vélodrome : « Toutes les options sont sur la table, y compris celle de construire notre propre stade », a-t-il déclaré. Un scénario peu probable, selon plusieurs experts et proches du dossier contactés par 20 Minutes, en début de semaine.

>> A lire aussi : Coup de bluff ou pas? L’OM peut-il quitter le Vélodrome et construire son stade?

>> A lire aussi : «C'est un mec brillant!»... L'ancien «cerveau» du Barça Laurent Colette signe à l'OM