TFC: Sa fondation soutient des enfants malades en Afrique, Max-Alain Gradel récompensé

FOOTBALL Max-Alain Gradel a reçu un trophée Fondaction-UNFP pour avoir créé une fondation qui vient en aide aux enfants malades en Afrique…

Nicolas Stival

— 

L'attaquant du TFC Max-Alain Gradel (à gauche face à Angers lors d'un match de Ligue 1 au Stadium de Toulouse, le 21 avril 2018.
L'attaquant du TFC Max-Alain Gradel (à gauche face à Angers lors d'un match de Ligue 1 au Stadium de Toulouse, le 21 avril 2018. — P. Pavani / AFP
  • Le trophée récompense les initiatives citoyennes prises par des footballeurs.
  • L’attaquant ivoirien a été choisi parmi une cinquantaine de dossiers.
  • La fondation Max Gradel accompagne, notamment financièrement, les enfants africains gravement malades.

Sur le terrain, on lui reproche parfois d’être un peu trop individualiste. En dehors des pelouses, impossible de critiquer Max-Alain Gradel sur ce point. L’attaquant ivoirien de 30 ans, prêté par le club anglais de Bournemouth au TFC, dirige une fondation sobrement baptisée Max Gradel (FMG), qui vient en aide à des enfants africains gravement malades. Cette initiative a été honorée dimanche soir à Paris, lors de la soirée des Trophées UNFP.

A côté de Neymar ou de Kylian Mbappé, respectivement sacrés meilleur joueur et meilleur espoir de Ligue 1, le Toulousain a reçu une récompense décernée par le syndicat des joueurs professionnels et le Fondaction du football. « Nous avons reçu une cinquantaine de dossiers de joueurs de L1, de L2, de Français évoluant à l’étranger et d’une joueuse de D1 », détaille Guillaume Naslin, délégué général de ce fonds de dotation qui se donne pour mission « de développer des actions innovantes visant à promouvoir une vision citoyenne du football ».

« Un jury d’une dizaine de personnes du Fondaction et de l’UNFP s’est réuni il y a quelques semaines et la candidature de Max-Alain a été plébiscitée », poursuit-il. Depuis fin 2016, la FMG prend en charge financièrement de jeunes patients qui ont besoin de soins médicaux urgents, comme ces deux enfants ivoiriens atteints d’un cancer de l’œil que la fondation a accompagnés avant, pendant et après leur opération.

Non, les footballeurs ne sont pas forcément égoïstes

« On ne parle pas assez des enfants qui souffrent par manque de moyens, a déploré Gradel lors de la remise du trophée. Beaucoup meurent tous les jours. » « Cela fait vraiment trois ans que Max-Alain s’est lancé dans cette démarche, reprend Guillaume Naslin. Il a ensuite eu besoin de formaliser son engagement en créant sa propre structure. Il a compris que son statut de joueur pouvait lui permettre de changer les choses, à son échelle. »

Le Fondaction du football tient aussi à balayer l’image de joueurs forcément égoïstes, uniquement centrés sur leur sport (et éventuellement sur leur PlayStation), comme l’indique son délégué général.

« Quand on connaît le planning des joueurs en activité, la démarche est d’autant plus louable. Cela demande du temps, de l’énergie. D’ailleurs, nous avons reçu de très beaux dossiers de footballeurs toujours actifs. L’an dernier, nous avions récompensé Charles Diers et Olivier Auriac, qui étaient des néoretraités, pour la Dalle Angevine. »

En 2018, parmi les candidatures, il y avait aussi celle du Niçois Alassane Plea, premier footballeur de Ligue 1 à reverser 1 % de son salaire à une association caritative. Mais c’est donc la FMG qui a été distinguée dimanche.

« On avait prévenu Max-Alain quelques jours avant et on est content qu’il ait pu se libérer, développe Guillaume Naslin. Je suppose qu’il a eu l’autorisation de son club malgré la situation sportive délicate [barragiste en Ligue 1]. Cela ne m’étonne pas, on connaît très bien les gens de la Fondation TFC et on a déjà honoré leurs initiatives. »

D’ici une quinzaine de jours, le Fondaction du football fêtera d’ailleurs ses dix ans lors d’une nouvelle soirée, au cours de laquelle elle distinguera des clubs amateurs et professionnel pour leurs projets citoyens.