VIDEO. Salzbourg-OM: Contrôle antidopage, folie des supporters... Comment Marseille a préparé le choc?

FOOTBALL La préparation de l’Olympique de Marseille à la demi-finale retour de Ligue Europa contre Salzbourg a été un peu bousculée…

Jean Saint-Marc
— 
Les joueurs ont été acclamés à la Commanderie.
Les joueurs ont été acclamés à la Commanderie. — B. Horvat / AFP
  • Les Olympiens ont reçu la visite d’un contrôleur antidopage ce mardi, ce qui agace Rudi Garcia.
  • Les Marseillais ont vécu un dernier entraînement animé : plusieurs centaines de supporters étaient à la Commanderie pour les soutenir.

De notre envoyé spécial à Salzbourg,

Les Olympiens ont quitté Marseille dans les cris et les effluves de fumigènes. Plusieurs centaines de supporters déchaînés se sont glissées à la Commanderie pour le dernier entraînement. Ce rassemblement « nous fait chaud au cœur », sourit Adil Rami, louant, une fois de plus, « le meilleur public de France, voire d’Europe. » Pour Rudi Garcia, c’est une « charge émotionnelle en plus. » Il se serait bien passé, en revanche, de la « charge émotionnelle » d’un contrôle antidopage au débotté, ce mardi.

« On va encore dire que je me plains, soupire l’entraîneur Marseillais. Mais j’ai trouvé ça bizarre, un type qui arrive tout seul, sans tampon sur l’ordre de mission, avec une carte périmée, à deux jours d’un match important. On a perdu deux heures ! » « Tout s’est fait dans les règles », répond, sur franceinfo, l’Agence française de lutte contre le dopage. « Il est prouvé que ça ne nuit pas à la performance », assure son secrétaire général, Mathieu Teoran.

Pas sûr que cela suffise à ce que Rudi Garcia digère le contretemps. La sanction de la commission de discipline contre Adil Rami est au contraire officiellement oubliée. « Je suis fan d’IAM, donc on va dire Demain, c’est loin. La presse, Aulas, les décisions… Ça ne m’intéresse pas du tout. » Ce qui intéresse Rami, c’est le titre en Ligue Europa, son « rêve », pour « être, là aussi, à jamais les premiers en France » Le défenseur connaît ses classiques.

Quelle attaque et quelle défense ?

Il ne connaît pas forcément, en revanche, le nom des joueurs avec qui il va être aligné. Fort logiquement, Rudi Garcia n’a rien laissé filtré sur une éventuelle défense à cinq, « une possibilité » à laquelle son homologue Marco Rose est « préparé. » Garcia a en revanche annoncé que Steve Mandanda, de retour de blessure, était trop juste pour être titularisé : c’est en tant que doublure (et cadre du vestiaire) qu’il fait le déplacement. « Il lui a fallu une série de matchs pour retrouver tout son potentiel mais Yohann [Pelé] monte en puissance », assure l’entraîneur olympien, privé de son attaquant Kostas Mitroglou : « Est-ce qu’on va jouer avec un attaquant ou deux, avec un numéro dix ou sans ? Ce qui est sûr, c’est qu’on a assez de choix pour mettre une équipe compétitive sur le plan offensif. »

L’OM n’est pas venu à Salzbourg pour bétonner et préserver son 2-0. Il faudra marquer, le plus tôt possible, pour forcer les Autrichiens à scorer quatre fois. Et éviter à tout prix le stress et le suspense d’une séance de tirs au but. Est-ce de la superstition ? Les Marseillais n’ont pas pratiqué l’exercice cette semaine.

>> A lire aussi : Aux racines du mal... Depuis quand Rudi Garcia est-il obsédé par l'arbitrage?

>> A lire aussi : Des «héros cabossés», une love story... Et si on adaptait la folle saison de Marseille au cinéma?