VIDEO. Coupe de France: «Les petits Gaulois, les teigneux» des Herbiers ont sorti Auxerre

FOOTBALL Près de 1.000 Herbretais ont assisté devant un écran géant à la qualification, ce mardi soir, du VHF à Auxerre en 8e de finale de la Coupe de France…

David Phelippeau

— 

C'est la folie dans la salle Herbauges des Herbiers. Lancer le diaporama
C'est la folie dans la salle Herbauges des Herbiers. — G. Blanchard/ Ville des Herbiers
  • Les Herbiers (National) ont éliminé (0-3) le club de L2 d’Auxerre en 8e de finale de la Coupe de France ce mardi soir.
  • « 20 Minutes » a suivi le match avec près de 1.000 Vendéens devant un écran géant.

lls ont vibré, mais ils n’ont même pas tremblé. « Auxerre nous a un peu sous-estimés, je pense… », lance Jérémy, la voix éraillée. Son club des Herbiers - qui se bat en National pour ne pas descendre - a réalisé un petit exploit à presque 500 km de lui, mardi soir. Une qualification (0-3) acquise en 8e de finale de la Coupe de France à Auxerre, Ligue 2 et tombeur de la grande ville pas très éloignée au tour précédent (Nantes).

>> A lire aussi : Vendée: Le club des Herbiers se sépare de son coach Frédéric Reculeau, pressenti au FCN cet été

Une soixantaine de Vendéens avaient fait le déplacement dans l’Yonne, près de 1.000 étaient réunis à l’espace Herbauges en plein centre-ville pour regarder le match sur un écran géant. « On a acheté le match, pas l’arbitre », plaisantait la maire Véronique Besse (MPF) avant la rencontre. Les Herbiers auraient eu tort de sortir le carnet de chèques tant ils ont dominé de la tête et des épaules les Auxerrois.

« On va gagner, on va gagner », annonce l’élue pour chauffer la foule. Le match débute. Le chauvinisme du consultant d’Eurosport (Lionel Charbonnier) agace. La salle est attentive et peu bruyante. Plus les minutes avancent, plus les Vendéens y croient. Le bonnet de Guy Roux apparaît à l’écran et provoque l’hilarité de l’assistance.

Et puis, le festival offensif herbretais débute avec comme amorce le penalty transformé par Rocheteau (45e+1). Et 1, et 2 et 3-0, le chant de 1998, retentit à la 79e.

Entre-temps, Pichot a stoppé un penalty auxerrois. Certains imaginent déjà une place au nom du gardien de but dans la commune du nord-est de la Vendée de 16.000 habitants. C’est fini. La folie est intergénérationnelle. Un vieux bonhomme manque de s’affaler par terre. « On est les petits Gaulois, les petits Vendéens, lance Olivier. On est teigneux. Toute la Vendée était derrière nous. » Et le département le sera encore en quart de finale. « C’est la première fois qu’un club du 85 va en quart, vous imaginez ?, s’enthousiasme Patrice. Quelle fierté ! »

>> A lire aussi : VIDEO. Coupe de France: L'OM a «respecté du début à la fin» Bourg-en-Bresse… et a relancé Kostas Mitroglou

La trouspinette, il paraît que c’est cliché !

Plus d’une heure après le coup de sifflet libérateur, la bière coule à flots - « pas la trouspinette, c’est cliché », selon Olivier -, des chants retentissent encore dans la salle Herbauges, parfois réquisitionnée pour des bals du 3e âge. Et maintenant ? « Un gros club - Paris, Marseille - à la Beaujoire car on ne pourra pas jouer à Massabielle », regrette Olivier. Non, maintenant, c’est quoi le programme ? « Ah, on va aller au bar du centre et heureusement qu’on ne travaille pas demain ! »