Coupes du monde 2018 et 2022: Un ex-vice-président de la Fifa a été placé en garde à vue

FOOTBALL Reynald Temarii est dans le viseur de la justice française…

A.L.G. avec AFP

— 

Fifa (Illustration)
Fifa (Illustration) — FABRICE COFFRINI / AFP

L’ex-vice-président de la Fifa Reynald Temarii a été placé en garde à vue mardi à Tahiti dans l’enquête française sur les conditions d’attribution des Coupes du monde 2018 en Russie et 2022 au Qatar.

Reynald Temarii, également ex-président de la Confédération du football d’Océanie (OFC) a été interrogé par les enquêteurs de la police anticorruption (Oclciff), avant d’être remis en liberté le lendemain.

>> A lire aussi : Fifa: Tout comprendre à la corruption au pays du ballon rond

Cette audition se déroulait dans le cadre d’une enquête ouverte en 2016 par le parquet national financier (PNF) sur des soupçons de corruption à la Fédération internationale de football (Fifa), en lien avec l’attribution de ces deux Coupes du monde.

Un versement qui pose question aux enquêteurs

Les enquêteurs s’interrogent sur la somme de 305.000 euros que Reynald Temarii a reçue en janvier 2011 du Qatari Mohamed Bin Hammam, alors membre du Comité exécutif de la Fifa et président de la Confédération asiatique de football. Reynald Temarii avait été suspendu en 2015 pour 8 ans de la Fifa pour infraction au code éthique en raison de ce paiement qui, selon l’instance, devait lui permettre de couvrir ses frais de justice dans le cadre d’une précédente procédure de suspension en 2010.

>> A lire aussi : Corruption: Jérôme Valcke aurait découvert une montre à 20.000 euros «sous son oreiller» lors d'un voyage au Qatar

La justice française cherche à savoir si ce paiement est intervenu en contrepartie de son influence en vue du vote pour l’attribution des deux coupes du monde de football, le 2 décembre 2010. A cette date, il n’avait pas lui-même pris part au vote, étant déjà suspendu. La désignation du Qatar, richissime émirat gazier, par les membres du comité exécutif de la Fifa, avait été l’un des déclencheurs de la grave crise qui secoue la Fifa depuis 2015.