Mondial 2018: «Soyez prudents», conseille un réseau anti-discrimination aux supporters homosexuels

FOOTBALL La Russie a adopté en 2013 une loi punissant d'amendes et de peines de prison tout acte de « propagande » homosexuelle auprès des mineurs...

W.P., avec AFP

— 

Un supporter avec le drapeau arc-en-ciel
Un supporter avec le drapeau arc-en-ciel — DigitalSouthSHM/Shutter/SIPA

« Allez à la Coupe du monde, mais soyez prudents. » Le message du réseau anti-discriminations Fare adressée à la communauté homosexuelle est simple. S’il peut sembler déconcertant de prime abord, il s’explique par le fait que la Russie - pays hôte du Mondial - entretient un rapport à l’homosexualité pour le moins problématique. L’homosexualité était considérée comme un crime jusqu’en 1993 et comme une maladie mentale jusqu’en 1999, le pays a adopté en 2013 une loi punissant d’amendes et de peines de prison tout acte de « propagande » homosexuelle auprès des mineurs.

>> A lire aussi : «Stop à l'homophobie en Tchétchénie»: Amnesty demande à Macron de «faire pression» sur Poutine

« Le message vaut aussi pour les supporters noirs ou issus de minorités ethniques », a prévenu le directeur de Fare, Piara Powar. Et d’ajouter : « si des fans homosexuels se promènent dans la rue en se tenant par la main, est-ce qu’ils sont en danger ? Cela dépend de la ville et de l’heure », précisant tout de même que « ce n’est pas un crime d’être homosexuel » en Russie.

La Fifa reste muette

Un porte-parole de la Fifa n’a pas souhaité commenter, rappelant toutefois que l’institution n’avait « aucune tolérance envers les discriminations ».

Fare, fondée en 1999, a aussi demandé à la Fifa si les supporters pouvaient agiter des drapeaux arc-en-ciel durant les matches du Mondial. Le groupement a également rappelé sa demande d’inclure dans les règlements de l’instance mondiale un délit d’homophobie, comme cela existe pour le racisme.