Ligue 1: Les supporters ultras du TFC vont exprimer leur «colère» lors de Toulouse-Amiens

FOOTBALL Les Indians Tolosa 1993 ne digèrent pas les accusations contre les supporters lillois après l’effondrement d’une barrière à Amiens, le 30 septembre. Ils le feront savoir samedi soir au Stadium…

Nicolas Stival

— 

Les Indians Tolosa 1993 lors du match TFC - Metz, le 8 novembre 2014.
Les Indians Tolosa 1993 lors du match TFC - Metz, le 8 novembre 2014. — F. Lancelot / Sipa
  • A l’occasion de la venue d’Amiens, les supporters ultras du TFC ont prévu plusieurs actions pour protester plus globalement contre la gouvernance du football français.
  • Les Indians Tolosa 1993 devraient notamment laisser leurs places vides en début de match.

La chute d’une barrière au stade de la Licorne d’Amiens, qui a blessé 29 supporters lillois le 30 septembre, résonne encore jusqu’à Toulouse. Samedi soir, à l’occasion de la venue du promu picard au Stadium, les Indians Tolosa 1993 manifesteront leur « colère », comme ils l’indiquent dans un communiqué intitulé « Qui sont les irresponsables ? »

Le but de l’opération menée par le principal groupe ultra du TFC ? Soutenir les fans lillois, accusés à chaud par le président amiénois Bernard Joannin (qui s’excusera par la suite) d’avoir provoqué l’accident. Mais aussi dénoncer « l’allumage d’un contre-feu par les autorités publiques et les instances du football qui leur permet d’éviter de voir posées les vraies interrogations autour de l’état du stade d’Amiens ».

>> A lire aussi : PSG, barrière, condescendance... Les supporters d'Amiens racontent leur découverte de l'élite

Les Indians pointent la différence de traitement entre le club de la Somme, autorisé à monter de National en Ligue 2 puis de L2 en L1, en dépit d’un « stade aussi vétuste », et Luzenac. En 2014, le club ariégeois s’était vu refuser l’accession en L2 acquise sportivement et avait été renvoyé en DHR (septième division). Le LAP avait d’abord été sanctionné pour des problèmes financiers, puis pour la non-conformité de ses installations, alors qu’il était prévu qu’il évolue à Ernest-Wallon, l’antre du Stade Toulousain en Top 14.

Des messages tout au long du match

Concrètement, les ultras Violets devraient se rassembler sur le parvis du Stadium samedi en début de match, et n’intégrer le virage Brice-Taton qu’après plusieurs minutes de jeu. Dans une enceinte qui n’accueillera pas la foule des grands soirs, l’absence des principaux « ambianceurs » se ressentira forcément. Ensuite, les Indians diffuseront des messages sur banderoles tout au long de la partie, pour « exiger que toute la lumière soit faite » dans l’affaire du match Amiens – Lille et remettre en cause « la gouvernance du football français ».

Les récentes déclarations d’Alain Gest, président d’Amiens Métropole, qui a accusé le Losc de pousser les supporters blessés à porter plainte, et la décision de délocaliser la rencontre Amiens – Bordeaux au Havre, le 21 octobre, renforcent encore la détermination des supporters toulousains. « S’il n’y a aucun problème dans le stade, pourquoi déplacer le match ? », pointe l’un d’eux.