VIDEO. Présidentielle: Préférer Monaco-Juve au débat Macron-Le Pen, c’est vraiment être un mauvais Français?

CHOIX CORNELIEN La demi-finale de C1 a lieu en même temps que la grand-messe du débat entre les deux finalistes de la présidentielle…

Julien Laloye, avec l'inestimable contribution de B.V.

— 

Kylian M'Lepen et Radamel Macron
Kylian M'Lepen et Radamel Macron — SIPA et 20minutes

Cochonnerie de calendrier, sérieusement. Nous programmer le débat de l’entre-deux-tours Macron/Le Pen le même soir que les demi-finales de Lyon et Monaco en Coupe d’Europe. On serait filloniste, on crierait au complot du cabinet noir dirigé en sous-main par Jacques Attali et Gianni Infantino. Pour vous expliquer un peu le dilemme :

>> A lire aussi : Coupes d’Europe: Deux clubs français en finale? C’est comme si c’était fait

>>>  D’un côté, Ajax-Lyon en Ligue Europa et Monaco-Juventus en Ligue des champions. Deux clubs français dans le dernier carré d’une Coupe d’Europe. Un truc qui arrive toutes les quinze piges en moyenne, la dernière fois en 2004. Sachant qu’on devrait mourir avant 45 ans d’une insuffisance cardiaque à cause de la pollution/les perturbateurs endocriniens/le monde qui part globalement en cacahuètes, c’est maintenant ou jamais.

>>> De l’autre, un débat de l’entre-deux tours explosif entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Le front républicain contre le Front national, la mondialisation heureuse contre le protectionnisme intelligent, l’euro contre l’écu, le banquier contre l’héritière, le nutella contre la pâte à tartiner, le… NO PASARAN VIVA MELENCHONE Y VIVA CHE GUEVARA EL PUEBLO UNIDO NUNCA SERA VENCIDO DONDE ESTAN LAS CERVEZAS. Oups, pardon, on s’emballe. On voulait dire un des rendez-vous politiques les plus précieux de notre démocratie, de ceux dont on reparlera dans trente ans et plus encore.

Là, trois attitudes possibles :

  • Le bon citoyen qui regarde le débat avec son beau-frère pour ajouter un niveau de difficulté
  • Le citoyen ni bon ni mauvais qui essaie de passer entre les gouttes en matant les deux en même temps
  • Le mauvais citoyen qui choisit de privilégier le foot sans vergogne en supportant des joueurs qui paient à peine la moitié de son impôt

 

Evidemment, à 20 Minutes, on s’est intéressés à la dernière catégorie. Les rebuts de la société, ceux qui ont déjà égorgé des chatons et regardent Les Chti’s à Miami. Stéphane, David, Mathieu (les prénoms n’ont pas été changés) ont tous entre 20 ans et 30 ans, suivent l’actualité politique attentivement, et ne se sentent coupables de rien, même s’ils suivront tous le débat d’un œil sur Twitter. Mercredi soir, ce sera le foot d’abord, avec des vrais arguments sensés derrière.

Parce que le match sera plus spectaculaire que le débat

« Quitte à voir du spectacle, autant choisir Monaco, une équipe qui plante trois buts par matchs. Le débat, ce sera les mêmes arguments rabâchés depuis des semaines, juge Stéphane. Marine Le Pen va faire son show habituel, Macron va essayer de répondre sans se démonter, voilà. » David enchaîne : « Les gens croient quoi ? Qu’il y en a un qui va monter sur sa table et qui va venir taper l’autre ? Mercredi, j’ai envie de voir des trucs qui me surprennent ».

Parce que...
Parce que... - 20minutes/SIPA

Parce qu’on a besoin de s’aérer la tête

Mathieu sait déjà qu’il va voter Macron, comme au premier tour, et il ne voit pas l’intérêt de s’infuser un débat supplémentaire : « Le foot, c’est ma bulle protectrice dans cette atmosphère de campagne un peu délétère, avec la présence du FN au second tour. J’ai besoin des émotions qu’on traverse pendant un match : l’angoisse, le stress, les poils qui se dressent… ça fait du bien de penser à autre chose ». « La campagne électorale, les télés en parlent toute la journée, on en a assez bu, confirme David. C’est important de retrouver de l’enthousiasme, même si c’est pour un match de foot ».

Parce que le meilleur président pour la France, c’est Mbappé (et qu’on n'a pas assez parlé sport pendant la campagne)

« Moi je regarde des matchs de foot pour Mbappé. Ce petit est extraordinaire, explique David. D’ailleurs, Macron, c’est un peu le Mbappé de la politique, si on compare un peu la fulgurance de leur trajectoire. Bon, on risque d’être déçus dans les deux cas, mais ça me ferait plus de peine de voir Mbappé rater sa carrière plutôt que de voir Macron échouer au bout de son quinquennat ».

>> A lire aussi : Monaco-Juventus: «Ils sont imprévisibles et capables de tout», Gigi Buffon sait ce qui l'attend

Stéphane pousse le raisonnement plus loin : « Mbappé, c’est un beau symbole. Un jeune métis, intelligent pour son âge, c’est aussi ça la France qui réussit, non ? Personne n’a parlé du sport ou de la culture dans cette campagne. Pourtant, Monaco, c’est un exemple. Des jeunes français et des étrangers unis en direction d’un bel objectif, les politiques devraient s’en inspirer. Mbappé, ça peut être la vraie star de cette soirée ».

Question subsidiaire, mais nécessaire : doit-on pour autant passer nos trois zigotos par les armes place de la République pour leur apprendre le devoir de citoyen ?

Arnaud Leroy, député de la 5e circonscription des Français de l’étranger (Andorre, Espagne, Portugal… et Monaco), membre de l’équipe d’En Marche! ET de l’équipe de France de foot de l’Assemblée nationale n’est pas loin de le penser. Notre échange in extenso

- « Bonjour M. Leroy, je vous appelle pour un sujet foot/débat, vous auriez cinq minutes ? »
- « Je n’ai pas de commentaires à faire là-dessus, franchement »
- « Je pensais que vous étiez plutôt footeux ? »
- « J’aime y jouer, mais regarder des milliardaires taper dans un ballon, ça me débecte. Et ce n’est pas parce que je suis député de Monaco que je vais regarder »
- « Vous allez vous tenir au courant quand même ? »
- « J’attendrai de recevoir l’alerte du monde [Coquin, il lit même pas 20 Minutes]. Je suis plus préoccupé par l’avenir de mon pays que par l’issue d’un match de foot ».

BIM. Nous voilà en PLS devant notre ordinateur. « Mauvais Français, mauvais Français » clignote en gros dans notre petit cerveau rabougri. Pour se rassurer, on a réalisé notre propre sondage interne à 20 Minutes (via la bonne vieille chaîne de mails). La question était pourtant simple - « vous regarderez le foot ou le débat ? » - mais les réponses partent dans tous les sens.

foot ou débat, 20minutes est indécis
foot ou débat, 20minutes est indécis - Capture d'écran

Sur une trentaine d’interrogés, on part quand même sur un 70 % foot à 20 Minutes. 70 % de mauvais Français ?

On retente notre chance avec Christophe Borgel, député socialiste de la 9e circonscription de Haute-Garonne et « fan de foot ».

« C’est pas une question d’être un bon ou mauvais citoyen, un citoyen fait surtout ce qu’il veut. C’est un tiraillement, mais bon, je pense qu’on vit à une époque où il est possible de suivre les deux. Le foot avec avec l’image et le débat avec le son serait un peu bizarre, j’imagine mal un but de Mbappé commenté par un échange virulent entre Le Pen et Macron. Moi, je vais regarder le débat et enregistrer le foot, en me mettant dans une bulle pour pas avoir le résultat. »


Voilà la solution ! Amis ultra-patriotes et citoyens modèles, pensez aux rediff, à vos tablettes, au live de 20 Minutes, à Twitter… D’ailleurs, quand on interroge le directeur de la rédaction de BeIN SPORTS France, diffuseur du match, il ne prêche pas l’anti-démocratisme primaire. « Je ne vais pas dire que le sport est plus important que la politique ou l’inverse, explique Florent Houzot. Deux très grands rendez-vous ont lieu le 3 mai. On œuvre pour laisser le choix aux gens de suivre les deux. Leur donner la possibilité de rester un bon citoyen, à la fois pour s’intéresser à la politique et faire son choix à travers le débat, mais aussi d’être au grand rendez-vous du sport ».

>> A lire aussi : Présidentielle et foot: Le débat Macron-Le Pen le même soir que Monaco-Juve? Non, BeIN SPORTS n’a pas tiré la gueule

Reste qu’on ne sait toujours pas si le Général De Gaulle se retournerait dans sa tombe de nous savoir devant le foot mercredi soir. Pour être définitivement fixés, on a demandé ce qu’ils en pensaient à ceux qui forment les citoyens de demain.

Benjamin et Lucas, tous les deux profs d’histoire et d’éducation civique, le premier au Lycée français de Stockholm, l’autre dans un collège de Sarcelles, font-ils du prosélytisme citoyen auprès de leurs élèves pour leur faire préférer la politique au foot ?

Benjamin : « Je sais que certains ont regardé le premier débat, mais je ne les trouve pas très politisés. J’ai pas mal de footeux dans mes classes, je pense qu’ils vont opter pour le match de Monaco. Ici, Macron a fait 52 % et Le Pen 3 %, il n’y a pas vraiment de débat ». Lucas : « On se bat contre le foot toute l’année, c’est un peu leur cancer. Cela dit, ils sont intéressés par la politique, ils savent qui est Macron, leur esprit citoyen n’est pas encore pourri par le foot. Le plus important, c’est au moment des grosses échéances pour eux (contrôles, brevet), on est bien content que le PSG soit éliminé par exemple ».

Ils ne jugent pas, mais ne désespèrent pas d’en faire des citoyens avant des amateurs de foot. « Certains ont 18 ans, ils vont voter pour la première fois, Je vais leur dire qu’il vaut mieux avoir vu le débat pour être sûrs de leurs choix plutôt qu’un match de foot », imagine Benjamin. Lucas ne dit pas autre chose : « Pareil, je leur dirai qu’ils votent dans trois ans. Et que le vote, ça a une implication sur l’école, sur l’immigration, que ça parle d’eux ».

La conclusion, elle est pour Christophe Borgel, père de deux filles de 16 et 20 ans. C’est quoi la consigne de vote ? « Je leur fous la paix, elles regardent ce qu’elles veulent. » Et c’est un député qui le dit.