Sylvain Marveaux était en garde à vue dans une affaire de soupçons de fraude fiscale dans le foot anglais

JUSTICE Les autorités britanniques soupçonnent «des paiements occultes au bénéfice de certains joueurs, de leurs agents ou de tiers»...

20 Minutes avec AFP

— 

Sylvain Marveaux a été transféré de Rennes à Newcastle à l'été 2011.
Sylvain Marveaux a été transféré de Rennes à Newcastle à l'été 2011. — NUNES PEDRO/SIPAUSA/SIPA

Les gardes à vue des quatre personnes interpellées en France mercredi dans l'enquête sur des soupçons de fraude fiscale lors de transferts de joueurs entre des clubs français et anglais ont été levées, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Trois agents de joueurs et Sylvain Marveaux, le milieu de terrain du FC Lorient qui a évolué à Newscastle United, avaient été placés en garde à vue dans le cadre d'une vaste opération antifraude menée par l'administration fiscale britannique des deux côtés de la Manche. 180 agents du fisc en Grande-Bretagne et 32 enquêteurs en France avaient été mobilisés.

«Une affaire sur laquelle je ne dispose que de très peu d’éléments»

«Ma garde à vue s’est bien déroulée dès lors que j’ai pleinement coopéré avec les services enquêteurs. Ces derniers s’intéressent à une affaire sur laquelle je ne dispose personnellement que de très peu d’éléments, à savoir les conditions de mon arrivée à Newcastle en 2011 [en provenance du Stade Rennais]. C’est tout ce que je peux dire pour le moment», a réagi Marveaux dans un communiqué publié par son avocat

L'enquête porte sur des faits de fraude fiscale aggravée et de blanchiment de ce délit commis à l'occasion de plusieurs transferts de joueurs entre des clubs français et des clubs évoluant en Premier League. Les autorités britanniques soupçonnent «des paiements occultes au bénéfice de certains joueurs, de leurs agents ou de tiers, leur permettant d'éluder des impôts sur le revenu et des cotisations sociales», selon le parquet national financier (PNF) qui a reçu en juillet une demande d'entraide des autorités judiciaires britanniques.

Seuls les clubs anglais sont concernés pour l'instant

«A ce stade, aucun club français n'est impliqué dans cette affaire, seuls des clubs anglais sont soupçonnés», a relevé une source française proche du dossier. Au Royaume-Uni, les enquêteurs se sont rendus mercredi dans les clubs de Chelsea et de West Ham United, qui évoluent tous deux en Premier League et dans celui de Newcastle United qui joue en Championship (deuxième division) mais est assuré de remonter en Premier League la saison prochaine.

Le directeur exécutif de Newcastle United, Lee Charnley, interpellé lors de l'opération, a été relâché sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui. En France, une dizaine de perquisitions ont été menées sous l'autorité du PNF. «Des renseignements ont été pris auprès de plusieurs clubs français, dont l'Olympique de Marseille», d'après la source proche du dossier.