«Il faut sortir de l'angle sécuritaire», l'instance nationale du supportérisme a tenu sa première réunion

FOOTBALL Le but de ces travaux est d'associer les supporters aux discussions sur les thèmes qui les concernent... 

N.C. avec AFP

— 

Les supporters du PSG lors du match contre Angers le 30 novembre 2016.
Les supporters du PSG lors du match contre Angers le 30 novembre 2016. — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

L'instance nationale du supportérisme chargée de chapeauter le dialogue entre institutions, clubs et supporters, a tenu sa première réunion mercredi avec pour mot d'ordre de ne pas se focaliser sur les questions de sécurité. «Il faut cesser de considérer les supporters comme un problème», a ainsi estimé Nicolas Hourcade, professeur en sciences sociales et expert des supporters et faits de hooliganisme (à ce titre membre de l'instance).

«Il faut voir les aspects positifs, notamment sur le plan social, du supportérisme, sortir de l'angle sécuritaire pour envisager toutes les catégories de supporters», a-t-il ajouté. Au delà du football, les associations de supporters de rugby, basket et handball sont d'ailleurs équitablement représentées dans l'instance créée par la loi du 10 mai 2016.

>> A lire aussi: Les supporters parisiens s'interrogent sur la vraie raison de leur interdiction de déplacement pour OM-PSG

A l'origine axée sur la lutte contre le hooliganisme dans le football, le texte issu d'une proposition de loi LR avait alors évolué vers la création d'un «supportérisme à la française» sous l'impulsion du député écologiste François de Rugy et du secrétaire d'État Thierry Braillard. Ce dernier, avait alors annoncé vouloir «faire des supporters des acteurs à part entière des compétitions sportives.»

Mercredi, M. Braillard a à nouveau souligné «le rôle essentiel des supporters dans la vie des clubs» et prôné «un dialogue constructif et régulier avec les autres acteurs du sport professionnel.» A ce titre, l'instance est formée d'associations de supporters agréés, dans les cinq sports concernés, des représentants de leurs fédérations et ligues, de représentants des ministères concernés, soit les sports, la justice et l'intérieur, ainsi que d'élus locaux.

«Associer les supporters aux discussions sur les thèmes qui les concernent au premier chef»

Elle devrait s'atteler dans un premier temps à deux chantiers: l'accueil de tous les publics et les déplacements, un point particulièrement sensible après les restrictions ou annulations de voyages de supporters, ces dernières semaines. «C'est un enjeu important que l'on associe les supporters aux discussions sur les thèmes qui les concernent au premier chef», a estimé Didier Quillot, directeur général de la Ligue de football professionnel (LFP) et représentant à ce titre de toutes les ligues pros.