Euro 2016: «Le pays de Galles perdrait beaucoup s'il sortait de l’Europe»

FOOTBALL Quand la rivalité anglo-galloise se deplace sur le terrain politique...

Jeremy Goujon
— 
Gareth Bale et les Gallois ne veulent quitter ni l'Euro, ni l'Europe.
Gareth Bale et les Gallois ne veulent quitter ni l'Euro, ni l'Europe. — T. Stavrakis / AP / Sipa

À Rennes,

« Devrait être classé au patrimoine mondial de l’Unesco », « L’âme d’une taverne atypique », « Même refaite, elle reste unique ! », « Un privilège ! »… Non, vous ne trouverez pas d’avis négatifs sur le Ty Élise, légendaire pub de Plouyé (Finistère) tenu par le plus Gallois des Bretons, Bernard Walters (« Byn » pour les initiés).

Bernard « Byn » Walters gère le Ty Élise depuis 1979.
Bernard « Byn » Walters gère le Ty Élise depuis 1979. - DR

58 ans après Pelé

À l’heure où les Dragons enflamment l’Euro, ce patron de bar « très connu » dans son pays natal savoure l’instant présent. « C’est la première chose qu’on fait de bien depuis 1958 et John Charles [joueur mythique de la Juventus, aussi bon défenseur central qu’attaquant], avec l’équipe virée de la Coupe du monde en Suède par Pelé, 17 ans d’âge (sic). Maintenant, ça marche avec Bale. »

>> A lire aussi : Un extérieur du gauche, et Bale prend seul la tête du classement des buteurs

À lui seul (ou presque), le Madrilène, auteur de trois buts en autant de matchs, est en train de redonner au ballon rond ses lettres de noblesse du côté de Cardiff. « Il va pouvoir regagner sa place de sport n°1 au pays de Galles, car c’est plus difficile d’arriver tout en haut au foot que de rester la 5e ou 6e meilleure équipe de rugby sur dix », décrit Byn (prononcez « Beune »).

L’Angleterre plus proche du Brexit… à tous les niveaux

Si elle n’a pas encore remporté l’épreuve continentale, la sélection galloise a au moins terminé en tête de son groupe, à la surprise du tavernier (« Je ne pensais pas qu’on arriverait premiers »). En devançant l’Angleterre, elle s’est ainsi donné plus de chances de ne pas quitter l’Euro(pe) précocement, « bonne » partie du tableau final oblige. Difficile de trouver meilleur symbole au moment où le Royaume-Uni doit choisir, ce jeudi, de quitter ou non l’UE.

>> A lire aussi : Brexit: A la veille du référendum, le camp du «out» veut sa «fête de l'indépendance»

« Le pays de Galles perdrait beaucoup s’il sortait de l’Europe, estime Walters. Je suis originaire de Merthyr Tydfil, qui a été une grande ville industrielle au XIXe siècle. Après la crise de la deuxième moitié du XXe, c’est l’Europe qui l’a remodernisée. Grâce à l’UE, les Gallois touchent beaucoup plus qu’ils ne payent. Les Anglais, c’est l’inverse, et c’est pour ça qu’ils veulent en sortir. Alors peut-être que leur propagande influencera certains Gallois, qui voteraient alors en faveur du Brexit, mais… »

Spéciale dédicace à Ian Rush et Ryan Giggs

Partisan du « no », autrement dit du « in », Byn sait aussi titiller la perfide Albion sur le plan sportif. « Il y a toujours eu de meilleurs footballeurs au pays de Galles qu’en Angleterre… Toujours ! » Gareth Bale likes this.