Euro 2016: Bières, pizzas, chips... Attention au calvaire diététique devant l'Euro

FOOTBALL Manger trop gras devant les matchs peut avoir des conséquences très rapides sur la forme physique…

Marc Nouaux

— 

Illustration d'une grosse part de pizza.
Illustration d'une grosse part de pizza. — SIPA

Kebab ketchup-mayo, Big Mac frites-coca, pizza oignon-lardons, pinte de Carlsberg ou shoot de vodka-caramel… Bref, bienvenue à l’Euro 2016. Etre supporter de foot rime souvent avec malbouffe pendant une grande compétition. Des matchs tous les jours (ou presque), un régime approximatif et de l’alcool. Mais, rien à faire, l’Euro se déroulant en France, l’envie de regarder toutes les rencontres avec ses potes est beaucoup trop forte pour y résister.

« Moi c’était déjà ma vie avant l’Euro, se marre Mooki, 25 ans. Là, il y a juste les matchs en plus. » « Je bouffe hyper mal, insiste Clément, 25 ans lui aussi. Je me nourris de pizzas, de houblon et de trucs pas sains du tout. » Si quelques-uns assument ce régime, beaucoup préfèrent nier l’évidence. Et penser que la salade qui a accompagné les frites à côté du burger l’autre soir dans le pub était la garantie d’une alimentation équilibrée.

Mais cette façon de se nourrir peut avoir des conséquences, même à court terme. Loïc Lepoutre, spécialiste de la nutrition et du coaching sportif nous explique pourquoi.

« Le premier problème, c’est l’excès d’alcool qui a deux effets. Une plus grande déshydratation et l’apport de calories en excès. Tout ça accentué par l’apport de produits riches en acides gras saturés et en indices glycémiques élevés augmente la charge lipidique. Conséquence immédiate : la prise de poids. Parce qu’en gros, tout ce qui est absorbé ne sera pas assimilable par le corps. En résumé, tu stockes des choses que tu ne peux pas éliminer. »

>> A lire aussi : Euro 2016: «J'espère que Puma ne fabrique pas de préservatifs», plaisante Shaqiri à cause des maillots

Alors, vaut-il mieux annuler le Croatie-Espagne de ce mardi soir et prévoir un footing ? Attention ! Doucement sur le footing car avec ce qui a été consommé depuis dix jours, il peut devenir dangereux. « La pratique du sport ne peut être associé à ce régime, prévient Lepoutre. On ne donne à son corps aucun élément capable d’apporter de l’énergie aux cellules pour se régénérer. Du coup, tu augmentes ton risque de blessure musculaire. Et en plus, il y a le manque de sommeil qui vient s’ajouter à ça car tu as tendance à te coucher plus tard. »

Quelles solutions alors pour quel’Euro ne rime pas trop avec déchéance physique ? « D’abord se limiter en apport d’alcool, tranche le nutritionniste. Tu peux boire une ou deux bières mais il faut compléter avec un apport en eau. La bière ne remplace pas l’eau. Si on est à l’extérieur, ce n’est pas évident mais à la maison, c’est préférable d’organiser un plateau apéro avec des légumes, des fruits et aussi des noisettes ou des amandes avec un peu de viande et du pain complet. Parce que si tu vas à Lidl t’acheter des bières, de la charcuterie et des biscuits apéro, c’est terminé. La majorité des aliments communs à l’apéro sont beaucoup trop salés et malsains. »

>> A lire aussi : Euro 2016: Rien compris à cette histoire de meilleurs troisièmes? On vous explique tout

L’autre solution consiste à se caler tout seul à la maison devant le canapé et à s’isoler des potes, comme le fait Nicolas Décamps, ex-rugbyman pro à Montpellier, Pau ou Bordeaux et fan de foot. « Je préfère regarder le match tout seul et du coup je fais attention à ce que je mange. Mon épouse m’aide en ce sens car c’est vrai que si j’étais célibataire, il y aurait sans doute pleins de potes avec moi et des pizzas sur la table. C’est vrai qu’avec des matchs tous les soirs, il faut faire gaffe… »

Sinon, on a une autre idée : ne pas mater les matchs… Non, on déconne hein !

>> A lire aussi : Euro 2016: Les orthodoxes de Toulouse pas fans de la Russie avant le match de la dernière chance