Euro 2016: «Faire "La Vie en rose" pourrait peut-être détendre les Gallois», affirme la chanteuse Élise Lalettra

INTERVIEW L'interprète bretonne a donné de la voix lors de l'arrivée de Gareth Bale et consorts à Dinard...

Propos recueillis par Jeremy Goujon

— 

La chanteuse bretonne Élise Lalettra est prête à encourager le Pays de Galles.
La chanteuse bretonne Élise Lalettra est prête à encourager le Pays de Galles. — FAWales

À Rennes,

Arrivés dans la nuit de dimanche à lundi à Dinard, où ils ont établi leur camp de base durant l’Euro, les joueurs du pays de Galles ont notamment été accueillis par la chanteuse et instrumentiste bretonne Élise Lalettra.

Laquelle s’est fendue d’un chant traditionnel gallois, Dafydd y Garreg Wen, pour souhaiter la bienvenue aux hommes de Chris Coleman.

Comment s’est organisé ce « mini-concert » ?

Je joue tous les dimanches à la Thalassa [soit l’hôtel Novotel qui abrite les « Dragons »], et j’avais dit à la chargée de communication que j’avais déjà un son gallois, prévu pour un projet il y a quatre-cinq ans. Elle a trouvé l’idée très intéressante. On ne savait pas s’il allait y avoir un pot d’accueil le lendemain [ce lundi], car ils sont quand même arrivés très tard dimanche. Et puis, vendredi, la chargée de com’ m’a appelé : « Il faut que tu sois là à 23 h pour les Gallois. On a envie qu’il y ait quelque chose à leur arrivée. Tu fais la chanson [d’une minute] et c’est tout. Après, ils vont se coucher. » Je me suis dépêchée de finir mon autre concert pour être à l’heure !

Comment ont réagi les joueurs en vous voyant ?

Déjà, on ne savait même pas s’ils s’arrêtaient ou s’ils rejoignaient directement leur chambre. On ne savait pas si ça servait vraiment à quelque chose, mais on a tenté quand même (sic). Ils se sont tous arrêtés, ils ont écouté jusqu’à la fin et ont applaudi. L’entraîneur est venu me voir et m’a remercié d’avoir interprété la chanson en gallois. Il m’a dit que c’était très agréable, ça leur a fait plaisir. Ils ont été touchés, aussi parce que j’ai été plus loin dans la recherche de titre. C’était mieux que chanter leur hymne national. En tout cas, je restais concentrée sur les paroles, parce que le gallois, ce n’est pas évident…

Que signifient justement les paroles de Dafydd y Garreg Wen, « David of the White Rock » en anglais ?

C’est vraiment religieux :

« "Apportez-moi ma harpe", dit David

Pour que je joue une mélodie avant de mourir

Levez mes mains pour toucher les cordes

Que Dieu vous bénisse, ma veuve et mes enfants !

La nuit passée, j’ai entendu la voix d’un ange :

"David, viens jouer dans la vallée !"

Harpe de ma jeunesse, adieu à vos cordes !

Que Dieu vous bénisse, ma veuve et mes enfants ! »

Vous vous êtes inspirée de Katherine Jenkins, chanteuse galloise très populaire au Royaume-Uni…

Elle a effectivement chanté ce morceau-là pour honorer ses racines. J’ai entendu plein d’autres versions, mais je me suis dit que si Katherine Jenkins a opté pour ce chant, c’est qu’il est bien choisi. Je préférais cibler une grande artiste pour être sûre de ne pas me tromper.

C’était un one-shot ou comptez-vous rééditer l’expérience ?

Pendant tout le mois, je chanterai ce titre dès que je jouerai quelque part. Je serai la voix du pays de Galles, en quelque sorte (sourire). D’ailleurs, pourquoi pas travailler une autre chanson en gallois ? Il y a aussi la chanson française. J’ai vu que Katherine Jenkins chantait La Vie en rose. Ça fait partie des vieux titres que j’aime faire. Si l’occasion se présente à la Thalassa… Ça peut être un moment de détente, et toujours dans cet esprit d’accueil.

Quel est votre rapport au football ?

Je regarde à peine les matchs. Je ne suis pas fan de sport en général, mais si je dois supporter le pays de Galles pendant l’Euro, ce sera avec grand plaisir. Avant l’arrivée des joueurs, j’avais regardé sur Internet pour me renseigner. Déjà que je ne connais pas tous les noms de l’équipe de France…