Ultra-sécurisée, connectée et festive: Découvrez la fan-zone de la tour Eiffel pour l'Euro

FOOTBALL Les supporters pourront se réunir sur le Champ-de-Mars durant le championnat d'Europe...

V.B. avec AFP

— 

La fan-zone du Champ-de-Mars pourra accueillir jusqu'à 92.000 supporters. Lancer le diaporama
La fan-zone du Champ-de-Mars pourra accueillir jusqu'à 92.000 supporters. — THOMAS COEX / AFP

Une fan-zone ultra-sécurisée, connectée et festive accueillera des milliers de supporters sur le Champ-de-Mars durant l’Euro. C’est la maire de Paris elle-même qui l’a annoncé lundi. « La fête a commencé », a lancé Anne Hidalgo, avant de détailler devant la presse le périmètre et les festivités organisées autour et dans cette « Fan-zone Tour Eiffel ». La voici résumée en quelques chiffres.

Cette Fanzone fera 130.000 m², soit l'équivalent de 30 terrains de football.
Cette Fanzone fera 130.000 m², soit l'équivalent de 30 terrains de football. - Image Ville de Paris

 

Un périmètre de 130.000 m2

La fan-zone, dont l’accès sera gratuit du 10 juin au 10 juillet, s’étendra sur 130.000 m2, soit l’équivalent de 30 terrains de football, « dédiés au foot et à la fête » au Champ-de-Mars, entre la place Joffre et la place Jacques-Rueff.

Une capacité d’accueil de 92.000 supporters

Tous les fans qui n’auront pas de billets pour aller au stade pourront se retrouver dans la fan-zone. Ils pourront être jusqu’à 92.000 en même temps les jours de match jusqu’à minuit. Une jauge comparable à celle du Stade de France. L’accès au site sera gratuit.

Une sécurité assurée 24 heures sur 24

Crainte d’attentats oblige, Anne Hidalgo a insisté sur le fait que la fan-zone posséderait « les plus hautes normes de sécurité à ce jour », et ce 24 heures sur 24. « Cet espace sera entouré de barrières, poursuit la maire de Paris. Les entrées et sorties se feront par six sas sécurisés. Nous avons pris modèle sur les mesures appliquées dans les grands stades. Il y aura des palpations, des contrôles magnétiques, des équipes cynophiles et de gestion des flux seront aussi sur place… »

Le site sera protégé par 40 caméras de surveillance. Anne Hidalgo annonce aussi 400 agents de sécurité privés mobilisés en continu sur le site. « Ce dispositif est à ajouter aux forces de polices et de gendarmeries qui seront aussi déployées aux alentours », précise Jean-François Martins, adjoint d’Anne Hidalgo en charge des sports. Mais l’élu ne précise pas pour autant le nombre d’agents prévus par la préfecture de police de Paris. « Les discussions sont en cours et un dispositif de sécurité n’est efficace que si on ne dévoile pas tout », estime-t-il.

Un écran de 420 m2

Sur un espace central de 20.000 m2, les retransmissions de matchs seront assurées par huit écrans géants, plus un écran de « dimension inédite » de 420 m2, placé dans l’axe de la Tour Eiffel.

Déjà deux concerts de prévus

Les jours sans match, la fan-zone accueillera des concerts. Le DJ David Guetta ouvrira gratuitement le bal le 9 juin et le groupe de rock britannique Muse se produira le 28 juin pour un concert unique et payant. Les places seront mises en vente ce mardi, notamment sur le site Internet de la Fnac.

« Un troisième concert pourrait être organisé, les discussions sont toujours en cours », indique Jean-François Martins.

Une zone connectée au wi-fi

Le site sera le premier au monde à être connecté. Anne Hidalgo promet un « wi-fi de haute qualité », qui permettra, selon Le Parisien, d’accéder à des contenus digitaux et une programmation culturelle dématérialisée.

Un coût de 16 millions d’euros

La facture est estimée à 16 millions d’euros. « Le coût net pour la ville avoisinera les 7 millions d’euros, précise Jean-François Martins. Les 9 millions restant seront à la charge de Lagardère Sports qui s'est vu confier l’exploitation de la fan-zone, contre une redevance de 150.000 euros, plus une part des recettes.

Selon son directeur général Laurent Moretti, Lagardère Sports ne fera pas d’argent avec cette fan-zone, « étant donné les charges et la gratuité de l’accès au site. Nous essaierons toutefois d’optimiser l’investissement en créant des recettes annexes. Notamment sur les partenariats et les concerts. »